Trop sont déjà morts. Je suis Sam Goode.

2011. Chicago, IL. Depuis que la guerre a été officiellement déclarée à NYC, quelques jours plus tôt, la ville est aux mains des Mogadoriens. Il revient à présent à la Garde Humaine de la défendre.
NAVIGATION
HUMAINS
L'être humain est complexe, paradoxal et imprévisible. Il se trouve souvent là où on ne l'attendait pas. Ses capacités restreintes n'en font pas un incapable car il value les émotions et les sentiments. Il aime acquérir les choses de ses propres mains et ressent toujours le besoin de prouver aux autres, ainsi qu'à lui-même ce dont il est capable, à tous les niveaux.
Quand bien même, de frustration, il tente d'assassiner sa propre planète et ainsi que ses frères, il n'en demeure pas moins un être particulièrement entier et unique.
GARDANES
A l'origine, les Gardanes sont des Lorics dotés de dons exceptionnels, d'Héritages, voués à défendre leur planète et leur population. Cependant, il y a à peine quelques jours, ils ont répandu l'essence de Lorien sur Terre afin de la défendre à son tour. L'entité unique a alors constitué, choisissant parmi des êtres humains du monde entier, la Garde Humaine.
De par leur coeur vaillant et pur, leur courage sans limite et leur volonté d'agir, ces nouveaux Gardanes développeront à leur tour des dons extraordinaires et l'avenir de leur propre planète dépend d'eux. À grands pouvoirs, importantes responsabilités.

Partagez | 
 

 EVENT - The Powers of Six

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
JE SUIS LE NARRATEUR
JE SUIS LE NARRATEUR
Date d'inscription : 27/11/2015
Messages : 60
Points : 65

LORIEN CHOSE YOU
Chapitre Premier

  The Powers of Six

HARPER, CAMILLE, LESLIE, ERIC, ALBANE & WES
UNIVERSITÉ DE CHICAGO
Hyde Park, Chicago, IL
à 709,91 miles du Pont de Brooklyn, New York City
12 avril 2011
3 jours depuis le début d'évacuation de certaines grandes villes dans le monde

Harper, Leslie et Camille sont les premiers à arriver à l'université. Il y a déjà une foule immense qui les empêche d'avancer. De loin, ils peuvent même voir la journaliste aperçue à l'écran des infos. Impossible de s'approcher des décombres pour mieux y voir. La police de la ville a créé des barrières humaines pour sécuriser le périmètre. Malheureusement pour Harper. Cependant, ça n'empêche pas la blonde d'essayer de forcer le passage.

"Mon mec est là-dedans !" crie-t-elle à un officier qui la repousse d'une main sur l'épaule.
"Y a un tas de nanas qui ont des mecs là-dedans, mademoiselle. Mais vous ne pouvez pas approcher, c'est trop dangereux."

La dernière fois que Leslie a vu Harper virer rouge, c'était face à Wes. Finalement, il connaît peu sa voisine et ce dont elle est capable dans des situations comme celle-ci. Elle paraît pourtant une fille plutôt sage, maligne et intelligente. Mais quand il s'agit de coeur... Elle tente à nouveau de passer, et cette fois, l'officier montre sa matraque en haussant les sourcils. Il ne veut pas s'en servir contre elle et la voilà impuissante.

Son regard inquiet se porte sur les décombres. La moitié de la bibliothèque est par terre, effondrée, et des équipes de secouristes tentent de s'infiltrer. Harper déglutit, son coeur battant la chamade. Puis, lentement, elle se tourne vers Leslie. Elle ne sait pas de quoi est capable Camille, il ne lui a pas dit, mais elle sait de quoi il est capable, lui. Et tout de suite, il est son seul espoir. C'est le moment que choisit le téléphone de Leslie pour sonner. C'est Eric qui le rappelle enfin.

ERIC, ALBANE & WES
Hyde Park, Chicago, IL
à 709,91 miles du Pont de Brooklyn, New York City
12 avril 2011
2h depuis la déclaration de l'état d'urgence à Beijing

Wes se trouve de l'autre côté de la foule, il a préféré faire un tour pour juger des dégâts. Les ambulances prennent en charge les étudiants qui ont réussi à sortir et plusieurs chaînes d'infos se relayent pour le scoop du mois.

Albane, quant à elle, n'attend pas Eric et se rue toutes jambes dehors en direction de l'Université.

NOTES MJ


DÉLAI ; Vous avez jusqu'à samedi soir pour répondre chacun au moins une fois !
POINTS ; Chaque post de l'event est soumis à la même grille de points que pour les RPs normaux ! N'oubliez pas de les comptabiliser.


"IF DEATH HAS NO COST, THEN LIFE HAS NO WORTH"



"All the nerdy alien books I'd read,
that I'd so badly wanted to be true...
Suddenly, they were."


- Sam Goode
The Fall of Five
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF FIRE AND ICE
OF FIRE AND ICE

Avatar : Luca Hollestelle

Date d'inscription : 17/01/2016
Messages : 270
Points : 118


Personnage
Age: 18 ans
Arsenal:
Rumeurs:



The Book of Two
avec Harper, Leslie, Wes & Camille


Note: Quand Camille parle de anglais, le texte est en violet. Quand elle parle en français, c'est en bleu!

Camille ne fit que hocher la tête vers la blonde, avant que Leslie ne la présente comme étant Harper. Dans un coin de son esprit, elle retient le nom, pris la tablette dans les mains, puis lança la vidéo, bien que quelque peu angoissée. Elle ne savait pas vraiment à quoi s'attendre, et la dernière fois qu'on lui avait montré une vidéo du genre, elle avait eu une crise de panique.
Heureusement, rien d'aussi grave, car on ne lui montrait pas là une attaque terroriste ou encore New York détruite. C'était juste une fille qui parlait, mais ce qu'elle disait... La rouquine était perplexe pendant un instant, regardant le bouton "replay" sur la tablette sans vraiment le voir, réfléchissant à ce que cela voulait dire.

Il y avait donc un nom sur ce qu'ils étaient, Eric, Les et elle. Ils étaient des Gardanes. Leurs pouvoirs n’étaient pas des mutations mais des... Héritages ? Lorien, les Mogadoriens, les Héritages, les Gardanes. Elle avait un peu le tournis, et elle ne comprenait pas comment Leslie et Harper pouvaient être si calmes, si méthodiques.
Elle-même était perdue dans ses pensées, sans les écouter s'affairer autour d'elle. Sans entendre les infos, fixant juste la vidéo arrêtée. C'est quand Harper parla de l'université qu'elle se retourna, et devint blanche face aux images que l'on voyait aux écrans. L'université était en ruines. L'université était détruite, et les deux amis de Camille, qui avaient survécu New York avec elle, qui l'avaient suivi et restés avec elle à Chicago, l'avaient soutenus... Étaient là-bas. Il y avait peut-être espoir qu'ils étaient de sortie à ce moment, mais l'angoisse lui prit le ventre.

« Oh non, non, non. Pas ça ! »

Deux, trois pas vers la télévision, la tablette par-terre lui ayant filé des mains soudainement en sueur. La jeune fille ne réagit pas lorsque Harper commença à partir, clef dans les mains, prête à prendre la voiture. En moins d'une minute, elle avait alors franchi la porte à la suite de la blonde, avant de la dépasser alors qu'elle courait à toute vitesse. Elle devait rejoindre l'université, et vite.
Ce n'était pas qu'on avait besoin d'elle là-bas. C'était que les dernières personnes qu'elle avait encore proche d'elle et qui lui rappelaient sa maison s'y retrouvaient coincés. Que ceux qui étaient là à cause d'elle allaient mourir... ou étaient déjà morts.

Camille arrive à l'université un peu après Harper et Leslie. En voiture, ils sont arrivés plus rapidement qu'elle qui courrait à pieds, malgré sa nouvelle agilité. Peu importe, elle n'a de regards que pour ce qu'elle voit devant elle. Ses mains tremblent, elle est en sueur - autant de par sa course que par les sentiments et pensées qui se bousculent dans sa tête. Ses yeux vont d'un endroit à l'autre de ce qui reste de l'université.
La rouquine se mordille les lèvres et réfléchit. Elle doit y aller, elle doit aller dans les décombres et retrouver ses amis. Ou retrouver n’importe qui vraiment. Elle peut le faire, elle passe à travers les murs, elle peut soulever des pierres tombées. Elle peut le faire.

Elle cherche un instant Leslie des yeux, le retrouve et se dirige vers lui. Elle le prend un peu sur le côté, voyant qu'il vient de raccrocher son téléphone. Est-ce qu'il a réussi à joindre Eric ? Peu importe, ils manquent de temps, il faut agir maintenant.

« Je peux passer à travers les décombres pour trouver des gens. Mais je ne peux pas te prendre avec moi. Et j'aurais besoin de toi pour sortir les gens de là, ma télékinésie est pas assez forte seule ! »

Il y a une pointe de panique dans sa voix. La jeune fille n'est pas très sûre d'elle, pas très sûre de ses capacités, pas très sûre de quoi que ce soit, si ce n'est qu'elle doit faire quelque chose. Et qu'elle ne peut pas le faire toute seule.



So that's we're going to do: I'm going to go through here and— Oh putain! NO! ERIC! STOP! *grand crash*
#BlameEric
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t62-camille-bovet-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t61-camille-bovet-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The power of six.
Feat. Harper Tonkin, Camille Bovet & Wes T. Fergusson


Raisonner Harper? Non, impossible, et de toute façon c'était pas au programme. Je voulais me rendre sur place moi aussi, me rendre compte des dégâts, aider au besoin. Elle avait raison: on aurait dû sentir la secousse. Un tremblement de terre peut se ressentir sur des centaines de kilomètres alors un capable de détruire l'université et de la réduire à cet état, on aurait dû le sentir, on aurait même dû le subir.

Pas le temps de tergiverser je sautais dans la voiture de Harper et elle nous conduisait sur place. Ma chemise ouverte servait de veste et avec le temps qu'il faisait je survivrais sans mal, surtout vu ce qu'on allait faire. Enfin essayer de faire. Une fois sur place et dans la foule, on jouait des coudes pour se frayer un chemin jusqu'à la barrière policière. Au delà les ruines et les victimes, les ambulances, les blesser et les morts. Harper tentait de passer mais la barrière était infranchissable, matraque à l'appuie au besoin et lorsque le flic devant nous posait sa main dessus je m’apprêtais à faire un pas en avant mais mon téléphone me rappelait à l'ordre, interpellant Harper par la même occasion.

Eric! Enfin! T'es au courant? On est à l'université là, je suis avec Camille. - Oui, je l'avais vu nous rejoindre. - Ok, tu nous rejoins sur place? - Je levais les yeux au ciel un instant avant de me dire que nous n'avions pas tous les mêmes informations. - On est pas sûr que ce soit juste un tremblement de terre, c'est peut être.. autre chose. T'as vu la vidéo sur le blog? Il se passe quelque chose. - Je me retournais. - Ok, essaye de la voir. On pense qu'il y a un lien. - Je marquais une pause et parlais un poil plus bas. - Et puis ici on peut être utile. - J'acquiessais, le téléphone toujours collé à l'oreille. - Ok, appelle moi quand t'arrive, je te dirais où on est. - Et je raccrochais avant de me tourner vers Camille. - Eric nous rejoint.

Je rangeais le téléphone dans ma poche et Camille me disais ce qu'elle pouvait faire. - Oui, mais pour ça il faut d'abord qu'on entre. - J'observais à nouveau la barrière de flics, la suivant du regard avant d'observer la foule comme si je recherchais des menaces potentielles, comme si je recherchais des failles. Mon regard se posais alors sur un visage familier et quoi que je rechignais à lui parler plus, nous devions absolument entrer. Je me frayais un chemin après avoir prévenu les filles que je bougeais. - WES! Ici!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The Rise of Nine.
Feat. Albane & Wes

Une vidéo. Comment veux-tu que j'ai vu une vidéo ? J'avais bien vu la première oui, mais chez moi ! Depuis, il ne s'était rien passé. Leslie avait bien demandé à son Agent 13 de trouver des infos sur nous, mais c'était calme depuis quelques jours.

Je n'attends pas qu'on me donne l'autorisation de partir. Je la prends. J'attrape ma veste et je file dehors malgré qu'on m'engueule. Je prétexte sous un gros mensonge que ma babysitter est à l'université. De toute façon, une bonne partie des clients désertent le restaurant. J'enfile ma veste en courant dans la rue pour retrouver mon taxi à quelques mètres. Je saute, que dis-je, je vole dedans et visse mes mains au volant pour démarrer sans tarder. Albane a dû partir également, je sais qu'elle est de la fac aussi. J'essaye de choper la vidéo pendant que je conduis, le téléphone sur le haut du volant et qui je vois à un feu rouge ? Qui me fait pester ? Que j'ai envie d'écraser ?

Albane marche très vite sur le trottoir, et elle ne me verra pas avec tout cet embouteillage. Toute la circulation est bloquée à cause du tremblement de terre. Sauf que Leslie n'y croit pas. Il pense que c'est autre chose. Quoi, je n'en sais rien.

"Albane !"

Je sors la tête de ma portière pour l'appeler, une main sur le toit. J'agite le bras pour lui signaler où je suis et l'invite à me rejoindre. Elle arrivera peut-être moins vite, mais je connais cette ville comme ma poche. J'insiste même pour qu'elle monte dans la voiture et quand elle y est, je lui tends mon téléphone.

"Cherche sur YouTube une vidéo que tu devrais pas louper ! Un truc qui dirait... 'Moi extra-terrestres, toi Jane !' tu vois ce que je veux dire ?"

Je vire d'un coup sur la droite, j'espère contourner pour choper l'université par le sud. Je ne sais pas trop si ça va marcher, mais au moins dans les petites rues, ça roule ! En même temps, je réfléchis à voix haute.

"Vu la tronche de la fac aux infos, c'était pas qu'un petit tremblement de terre ! On aurait dû l'entendre ou le sentir ! Je sais qu'à Chicago, ça arrive qu'on flirte avec les plaques tectoniques, mais c'est pas Los Angeles ou Miami, ici !"

De temps en temps, je lui jète des regards.




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

Bon sang, ils étaient passés où les taxis de cette ville ? A croire qu'on en trouvait jamais un quand on en avait vraiment besoin ! Je n'en avais pas trouvé en sortant du restaurant, alors je m'étais mise à marcher en direction de l'université. Ce n'est pas qu'on était très loin, mais tout de même, cela faisait une petite trotte, et surtout, c'était plus long à pieds. C'était ce que je pensais, avant de voir les embouteillages qui se créaient devant moi.

Pour le coup, je cessai de chercher un taxi et me résignai à utiliser mes jambes au moment pile où j'entendis mon prénom, quelque part dans la cohue. Je relevai la tête et cherchai autour de moi la personne qui m'avait appelée, pas certaine, cependant, d'avoir vraiment bien entendu. Et puis je le vis, agiter sa main aussi haut que possible, histoire que je ne le loupe pas.

- Eric !

Je changeai de trajectoire un peu trop brutalement pour les personnes derrière moi qui prenaient, elles aussi, la direction de l'université. L'une d'elle me percuta de plein fouet, manquant de m'envoyer m'étaler au sol.

- Désolée !

Je dus jouer des bras pour me sortir de la cohue et parvenir au taxi d'Eric. Essayer de travers un courant de personnes, ce n'est pas si évident. Déjà, rien que quand on se balade dans les rues piétonnes d'Angers un jour de soldes, c'est compliqué de sortir du flot pour entrer dans un magasin alors là, je ne vous raconte pas !

J'hésitai quelque peu à m'installer dans le taxi cependant. Avec tous ces bouchons, est-ce que je n'irai pas plus vite à pieds ? Mais Eric insista et je finis pas céder. Quelque part, c'était rassurant de ne pas y aller toute seule aussi.

Je fronçai les sourcils en prenant le téléphone qu'il me tendait.

- Une vidéo ?

Sérieusement ? C'était le moment de chercher une vidéo sur youtube ? Et puis il précisa quel genre de vidéo en question et mes répliques acerbes moururent dans le fond de ma gorge.

- Ok.

Je rivai mes yeux sur le téléphone et commençai à pianoter. C'est que des vidéos sur les extraterrestres, ce n'était pas tellement ce qui manquait sur Youtube. Je décidai de me focaliser sur les plus vues ces dernières heures. Le commentaire d'Eric me parvint alors que j'attendais que la page ne se charge. C'était toujours quand on en avait besoin que la 3G prenait son temps !

- C'est ce que je me disais aussi... Pour que l'Université soit détruite, c'est que... Je relevai les yeux sur lui, ne sachant pas comment aller au bout de ma pensée (ou ne voulant pas, je vous laisse choisir). Ca pourrait avoir un rapport avec cette vidéo ?

Je baissai les yeux sur le téléphone alors que la page s'affichait.

- Je crois que j'ai quelque chose.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The Rise of Nine.
Feat. Albane & Wes

Je n'ai pas besoin de voir la vidéo. Le son me suffit et mes mains se cramponnent au volant. Je n'aime pas ce que j'entends. Je ne percute pas qu'il s'agit d'une fille morte et que la vidéo est une sorte d'hommage. Ce que j'entends ressemble plus à un appel à la guerre et je sais pas si je suis prêt, mais je suis pas du genre à me planquer derrière les arbres.

J'en prends pleinement connaissance lorsque je me gare à plusieurs mètres de la fac. Il y a des flics partout, je ne sais même pas comment on va pouvoir approcher. Des gens m'interpellent pour monter dans mon taxi, mais je leur dis que je suis pas en service, qu'ils ont pas vu la loupiote rouge sur le toit, ou quoi ? Ils n'ont pas dû voir non plus le tag de ma frangine sur le cul de mon taxi. Je n'ai pas encore eu le temps de le nettoyer. Comprendre qu'il s'agit plus que d'une guerre me retourne un brin l'estomac, je dois reconnaître. Si je ne m'étais pas un peu entraîné avec ce fichu nouveau pouvoir, j'aurais probablement fait cramer ma voiture. Et Albane avec.

Je sors de la voiture et cherche Leslie et Camille du regard. Je ne sais pas ce qui leur fait penser que la vidéo a un lien, mais ça m'est égal. Il nous faut un moment pour les retrouver et quand j'aperçois enfin les cheveux de feu de ma Rouquine, je hurle son nom.

"GINGER !"

Je tire Albane avec moi, par la main jusqu'à être à leur hauteur.




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : aaron paul

Date d'inscription : 10/03/2016
Messages : 114
Points : 302


Personnage
Age: 26 ans
Arsenal:
Rumeurs:
the power of six
Feat. les autres sauveurs


le 12 avril 2011

leigh, parfois, est aussi collant qu’un chewing-gum coincé sous mes godasses. ou qu’une ex qu’on met à la porte mais qui revient à la charge à chaque fois, flanquée d’un effet boomerang. entre lui et le boss, mon cellulaire clignote dans tous les sens. 17 appels manqués, tout autant de sms mais aucun n’affiche le nom que je meurs de voir apparaître : celui de dee.  


Une petite filature sans conséquence : remake de la pièce de théâtre « un petit jeu sans conséquence », à déguster une bière à deux balles et un plat plus consistent – mention spéciale pour « je suis un alien » à l’autre bridé qui a l’air de s’enticher de l’autre rousse ou, du moins, d’en être un minimum proche. Du moins, ça, c’est le plan de base ; c’est une approche plus en douceur avec Xian (quand on pense au fiasco Leslie, voilà déjà quatre jours de ça) car rien ne permet de savoir s’il en est un, d’alien. Mais, comme dans les films, le plan de base finit toujours par se faire crasher au profit d’un plan B - paraît qu’il est trop simpliste pour être réalisable, le plan de base – qui, pour le coup, n’a pas encore été mis au point. Parce que, sérieusement, après cette histoire de couvre-feu et compagnie, qui aurait pu penser à un hypothétique tremblement de terre, situé précisément à l’Université.

« J’ai tenté d’appeler ta sœur, elle n’répond pas, » lui informe Leigh, son coéquipier, alors qu’il s’est décidé de quitter le restaurant sans attendre, un brin d’alcool dans le sang, à moitié pour s’assurer que Dee est en sécurité, à moitié pour répondre aux ordres. Parait que c’est le bordel là-bas, et qu’ils ont besoin d’un coup de main pour assurer un paramètre de sécurité pour laisser les médics faire leur boulot : sauver des vies.
« T’es pas bavard … »
« C’est si mauvais? »
« La moitié de l’université s’est effondrée. Faut évacuer et sécuriser. Tu crois que ça un rapport avec la vidéo, là ? »
« Qu’est-ce que tu m’baves encore ? »
« Enfile ta veste d’uniforme et accroche ta ceinture belle-gueule. ‘Tain, tu pars à la chasse aux descendants de Smallville et tu n’suis même pas les infos … » laisse son coéquipier traîner dans les airs, avant d’enfoncer l’accélérateur et de mettre la sirène en route. L’officier a eu de la chance que son pote soit dans les parages et qu’il lui ai proposé un tour en bagnole : Wes ne serait jamais arrivé s’il avait dû chopper un taxi ou faire le trajet à pied … Et ça, c’est sans prendre en compte l’hystérie qui saisit la population à mesure qu’ils s’approchent de l’épicentre.

L’avantage, d’arriver à voiture à tambour battant (sarcasme) et sirène hurlante, c’est que les collègues et autres unités font la place. C’est un peu l’histoire du « premier arrivé sur place, premier à être déployé ». Le désavantage, aussi, c’est la vision américaine et ses rêves de grandeurs, cette volonté (du boss) de l’envoyer sur le terrain alors que Wes rêve de revoir le visage familier de sa sœur. Alors, lorsqu’on lui annonce qu’il doit aider à maintenir la foule - job de merde, entre ça et le couvre-feu, l’officier espère que son boss lui fera de nouveau confiance … bientôt – le châtain râle mais part tout de même en direction de son poste, scrutant les visages des rescapés ou des autres curieux. Et dans une situation telle que celle-ci, il n’y a qu’une seule chose qui l’énerve : ces vautours de journalistes qui veulent grappiller la moindre miette, avoir le commentaire qui émeut, avoir plus que l’autre chaîne, faisant passer l’humain en secondaire. Journalistes à la con.

Et là, devant l’étendue des dégâts, Wes ne sait comment réagir. Soulever les blocs de ciments … au risque d’envoyer tout valser ? Prêter main forte à la sécurité … alors que, qui, sain d’esprit, irait se perdre dans les décombres ? L’officier hésite, continue sa ronde, gardant l’œil ouvert pour tout mouvement du côté de la masse détruite : mouvement allié ou ennemi. Il n’est pas convaincu par la vidéo que lui a conseillé Leigh – comme il n’était pas convaincu de la dénonciation de Leslie par Jax avant de voir de ses propres yeux que CE MEC POUVAIT SE DEDOUBLER. Ereinté, il se pince l’arête du nez pour réfléchir avant d’entendre son prénom – il doit débloquer – de l’autre côté de la foule. Il plisse les yeux avant d’apercevoir Leslie – le Leslie en question – se frayer un chemin. ‘Tain, qu’est-ce-qu’il lui veut le gamin ? Il s’approche de lui, restant néanmoins en retrait derrière ses collègues faisant barrage entre le public et les forces de l’ordre.

« Me dis pas que t’es à la recherche de Jax… » laisse-t-il passer entre ses dents, toujours amère de leur précédente rencontre, plus pour emmerder qu'autre chose quand on sait que c'est Jax qui l'a mis sur la piste Leslie. « Si tu m’dis dans quel secteur il est censé se trouver, je peux y dépêcher deux – trois personnes et … »
« WEES ! Faut qu’on bouge plus loin, paraît qu’il y a plus de personnes à aider. Félicitation, t’es plus en charge de la sécurité, » l’interromp Leigh avant de lui donner une bourrade dans l’épaule. Décidément, cette soirée va être … longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t100-wes-t-fergusson-humain http://forum.iamnumberfour.fr/t99-wes-t-fergusson-humain
OF BONES AND ALIENS
OF BONES AND ALIENS

Avatar : Eliza Taylor

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 444
Points : 316

Multi-comptes : Eric Xian

Personnage
Age: 20 ans
Arsenal:
Rumeurs:
the powers of six
Feat. les autres sauveurs


Leslie et Camille commençaient à hypothétiser sur un possible plan d'attaque et Harper ne put ignorer à quel point la rouquine semblait affectée par tout ça encore plus qu'eux. Encore plus que Leslie qui était directement au milieu de la crise, après tout. Les mains dans les poches de son blouson, la blonde chercha quelque chose pour occuper ses doigts et tomba sur la carte froissée de Wes qu'elle avait oubliée. Son regard se perdit alors dans le vague pendant que Leslie téléphonait. Il avait bien dit de l'appeler s'ils avaient un problème, non ? Et si Jax n'était pas dans l'établissement ? Et si, à tout hasard, il était avec les flics à poursuivre sa chimère pour un journal miteux local ? Et si Wes savait où il était ?

Irait-elle voir ailleurs en quittant les lieux ?

Ses lèvres s'entrouvrirent à la réflexion et elle froissa d'autant plus la carte entre ses doigts. Comme d'un fait exprès, Leslie cria le nom de l'agent et Harper sursauta en retrouvant ses esprits. Elle chercha partout autour d'elle, cherchant Wes des yeux. Une idée stupide lui traversa l'esprit. Et si, comme Leslie, elle avait développé des pouvoirs ? Et si elle l'avait appelé télépathiquement ? Elle secoua la tête à cette idée farfelue quand elle vit enfin Wes. Bien sûr, il était flic, il était forcément sur les lieux.

Harper se flagella mentalement pour être aussi stupide et elle soupira. Autant de soulagement que de désespoir pour elle-même. Elle se fraya un chemin jusqu'à Wes en suivant Leslie de près, comme une ombre ou presque. Puis, elle exprima toute sa frustration, encore une fois, sur l'agent.

"Bien sûr que je suis à la recherche de Jax ! C'est mon fiancé !"

Agressivité, frustration, agacement, nervosité, tous les signes de quelqu'un prêt à faire une connerie dans les cinq prochaines minutes si on ne le laissait pas faire ce qu'il voulait. D'énervement, Harper ouvrit les bras, come si elle voulait lui arracher la tête.

"Comment je peux savoir où il est ! Il n'est pas avec vous ?"

'Ce sale rat', que j'ai pensé en moi-même... C'est beau l'amour toujours.

Et alors qu'on l'interpelait pour repartir, Harper ne manqua pas sa chance et tendit le bras pour agripper le col de n'importe quoi qui passait de Wes pour l'empêcher de partir. C'était autant un appel à l'aide qu'une envie de le transformer en punching-ball.

"Vous devez nous laisser entrer. Au moins eux !" Dit-elle en montrant Leslie et Camille... Et peu importait l'asiatique qui venait de se ramener. "Vous savez ce dont ils sont capables, ils peuvent aider !"




Arthas: "We're going to finish this now, Mal'ganis. Just you and me..." ... and those 5 other overpowered dudes that will kick your butt!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t29-harper-tonkin-humaine http://forum.iamnumberfour.fr/t28-harper-c-l-tonkin-humaine
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

Le regard rivé sur le téléphone d'Eric, je suivis la vidéo jusqu'au bout. Et je n'arrivais pas à y croire. Tout ceci semblait tellement irréel. Il y avait des mots que je ne comprenais pas "Gardanes", "Lorien", "Mogadoriens", tout ça ne me disait rien. On parlait de guerre, d'invasion, de pouvoirs. A ce moment-là de la vidéo, mes yeux se tournèrent vers Eric. Est-ce que cette vidéo parlait de lui ? Alors il n'était pas le seul ?

La fin de la vidéo me laissa dans une sorte d'angoisse latente, d'inquiétude. Je n'avais pas tout compris, mais je crois que j'en avais saisi le message principal. Il se passait des choses graves. Il y avait des gens qui attaquaient, et d'autres qui se battaient pour défendre... pour nous défendre ?

Je jetai un nouveau regard à Eric, pour voir comment il réagissait à la vidéo. Est-ce que c'était tout aussi flou pour lui que pour moi, ou est-ce qu'il savait plus précisément de quoi il s'agissait. Je me rappelais notre conversation dans son taxi l'autre fois. Je m'en rappelais comme si c'était hier. Elle rejoignait le discours qu'avait la vidéo.

- Oh mon dieu... J'avais fait défiler la page vers le bas pour voir les commentaires liés à la vidéo. Elle est... la fille  dans la vidéo, elle est morte.

Sans trop savoir pourquoi, le fait de connaître cette information me rendait les choses beaucoup plus concrètes. Et encore plus angoissantes.

Je rendis son portable à Eric alors qu'il garait son taxi et me frayai un passage à sa suite en direction de l'Université. De ce qu'il en restait plutôt. C'était incroyable, impressionnant. Quelques heures plus tôt, je m'étais tenue là, entre ces murs, totalement ignorante du fait qu'il n'en restait plus rien. Je restai figée, quelques secondes, devant la vision de l'Université dévastée. Je n'en détachai mes yeux qu'en sentant qu'on me tirait par la main. Eric s'en était saisi et se pressait dans une direction, m'entraînant avec lui, comme s'il ne voulait pas me perdre.

Je regardais tout autour de moi, cherchant des visages qui me seraient familiers, même si je ne connaissais pas beaucoup de monde. Je reconnus un ou deux étudiants, mais il y avait tellement de monde. En revanche, là où Eric me guida, il y en avait plusieurs que je connaissais.

- Harper, Wes ! Je me doutais bien qu'il serait là, mais je ne pensais pas l'y croiser dans la foule. Est-ce que vous avez des nouvelles de Dee ? J'avais essayé de les appeler en sortant du restaurant, elle et Lydia. Elle ne répond pas au téléphone. Je me tournai vers Harper. Lydia non plus...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : aaron paul

Date d'inscription : 10/03/2016
Messages : 114
Points : 302


Personnage
Age: 26 ans
Arsenal:
Rumeurs:
the power of six
Feat. les autres sauveurs


Pire qu’un effet boule de neige, Wes a l’impression de voir les sept nains lui rendre visite. Après que Leslie l’ait interpelé, la Harpie n’a pas tardé à montrer sa bouille, accompagnée de Camille, elle-même suivi d’Albane. L’officier tend le cou, prêt à mettre sa main à couper qu’il va devoir faire face à un autre adulescent, tandis que Leigh s’impatiente dans son dos. D’un geste de la main, Wes lui indique qu’il le rejoint dans quelques instants, deux minutes tout au plus, si Leslie et Harper ne décident pas à montrer les crocs, s’il ne se surprend pas à demander à Albane ce qu’elle fout-là (n’aurait-elle pas pu rester au resto avec l’autre bridé ?), s’il ne se met pas à dévisager Camille, l’autre rousse de la soirée qu’il a rencontré au Windy City Hall quelques jours auparavant. Mais avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteille – ou Chicago et, pour ça, c’est pas mal parti.

Les questions se bousculent dans l’esprit de l’officier ; il essaie de faire du sens, de relier les points ensemble. Il aimerait bien leur demander ce qu’ils font tous ensemble – à croire qu’ils se connaissaient … mais ils se connaissent, right ? - seulement, il n’a pas le temps. Et pas l’esprit à ça. Autour d’eux, ça braille dans tous les sens, autant côté survivant que public, et il met un point d’honneur à garder son sang-froid.

« Ecoute babe, je viens d’arriver. J’sais pas où se trouve ton fiancé. Tu devrais jeter un œil au registre là-bas… », indique-t-il d’un geste de la main, pointant du doigt un vaste rassemblement où tout le monde n’a qu’une question à la bouche : « savez-vous où… ? ». Connerie de populace qui pense qu’ils ont réponse à tout. Mais, pour le reste, Wes préfère garder le silence. Il sait ce dont est capable Leslie – du moins, il s’en doute fortement – l’espère tout au plus … mais il sait aussi que ça ne serait pas intelligent d’envoyer le jeune homme dans la fosse au lion. Pas intelligent, pas vraiment dans les normes, carrément contre même. Heureusement pour lui, l’officier n’a jamais été à même de suivre tout à fait les règles ; il est même adapte du fait « on fait avec ce qu’on a ». Et, pour l’heure, il a sous les yeux un mec qui a un don de duplicité ou toute autre connerie du genre.

« Laisse-le avancer… » lâche-t-il, autoritaire, à un autre officier. « Si tu veux aider, Leslie, rejoint mon coéquipier. Il saura quoi faire de toi. Et n’oublie pas de leur dire que t’es rodé, t’as fait l’armée. »

Faut dire que le jeune homme n’a pas l’air de vouloir rester en retrait ; autant lui donner l’autorisation de passer entre les mailles. Mais, pour le reste… Wes dévisage un instant l’autre rousse de Camille, peu certain de ce qu’il pourrait faire avec elle – ou de ce qu’elle pourrait faire, plutôt – alors que l’autre Xian les rejoint. ‘Tain, ils ont décidé de se donner rendez-vous dans les décombres ? Le jeune homme se pince l’arête du nez, se demande comment prendre cette nouvelle information.

« Albane … Tu pourrais accompagner Miss Tonkins à la recherche de son fiancé. Et tenter de joindre Dee de ma part. Harper, t’as toujours mon numéro ? »

Et que Camille et l’autre chinois fassent ce qu’ils veulent, Wes n’est pas baby-sitter. Il ne balance d’ailleurs d’une jambe à l’autre, tendant le cou en direction de son coéquipier, Leigh, qui décidément aimerait qu’il le rejoigne plus vite que ça. Et sans attendre que chacun soit reparti à ses occupations, Wes emboîte le pas, s’éloignant lentement – mais sûrement – des officiers assurant la sécurité et des autres étudiants.

A peu de choses près, vu le chaos de la situation, il s’écrirait bien : « Et qui m’aime me suive ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t100-wes-t-fergusson-humain http://forum.iamnumberfour.fr/t99-wes-t-fergusson-humain
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The Rise of Nine.
Feat. Albane & Wes


Je sais pas qui est la blonde à côté de Leslie, mais je vois bien à son regard que le "babe", il passe pas. Je l'imagine déjà avec du feu qui lui sort des billes pour le bruler vif sur place. Ca me tire un sourire, j'avoue. J'aime bien les gens qui ont du caractère. Qui plus est, je fais confiance à Leslie. Si elle est de son côté, alors elle est du mien aussi. Du coup, quand le flic fait passer Leslie, je lève le bras et me faufile avec un immense sourire.

"HEP HEP HEP ! Moi aussi je veux aider ! J'ai fait l'armée aussi !"

Je regarde Leslie avec un sourire de dingue, l'air de lui dire "bah quoi ? Non ?"





So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : aaron paul

Date d'inscription : 10/03/2016
Messages : 114
Points : 302


Personnage
Age: 26 ans
Arsenal:
Rumeurs:
the power of six
Feat. les autres sauveurs


Pas le temps de protester que l’asiatique se faufile derrière Leslie, braillant que lui aussi « a fait l’armée ». Wes s’arrête un instant, juste de quoi le dévisager de la tête aux pieds, avant d’hausser les épaules. Faut dire qu’il a envie d’y croire, l’officier, de croire que le « tag » sur la voiture est véridique et que, de facto, Eric Xian est bel et bien à classer dans la catégorie « anormalité », sur la même marche de podium que Leslie. Sauf que Leslie, lui, faisait parti des SEALS. L’américain espère qu’ils se connaissent bien et que – il est beau l’espoir – se sont un minimum entraînés ensemble. Il se risque alors à jeter un coup d’œil vers la rousse, la deuxième, celle qu’il n’a pas encore su rediriger : Camille. Va-t-elle vouloir rejoindre sa pote de chevelure … ou tenter de jouer les héros – et Marvel n’a qu’à se rhabiller – à suivre les deux autres mutants. Et à Wes de se demander s’ils ont tous les trois la capacité de se dédoubler : il n’y a pas à dire, ça prendrait beaucoup moins de temps pour trouver les rescapés.

« J’vous promets… Vous m’foutez dans la merde, j’vous retrouverai … », lâche-t-il entre ses dents, bien incapables de maîtriser le groupe, bien incapable de taire ce qu’il pense. Menace à deux balles, soit dit en passant, dont il ne pense pas un mot. Menace à deux balles, bien contre le tempérament de policier qu’il devrait afficher – désolé d’être « lui-même ».
« Ne vous faites pas écraser », achève-t-il, persuadé qu’un autre éboulement soit le seul obstacle à venir, ne voulant pas penser outre-mesure à la vidéo que Leigh lui a montré tantôt. Manquerait plus que ça, faut dire….

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t100-wes-t-fergusson-humain http://forum.iamnumberfour.fr/t99-wes-t-fergusson-humain
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The power of six.
Feat. Albane Delaunay, Camille Bovet, Eric Xian, Harper Tonkin & Wes T. Fergusson


Pas le temps de réellement parler à Wes qu'il lance les festivités et que Harper lui saute à la gorge. Autant pouvais-je mal encadrer ce flic, autant dans des situations pareilles il était peut être temps de mettre de ce genre de détails de côté. - « Et n’oublie pas de leur dire que t’es rodé, t’as fait l’armée. » - Un rire jaune sortait de ma gorge. J'y étais encore. J'étais pas un de ces militaires de bases qui quittaient l'armée à la première occasion. J'y étais encore jusqu'au cou, et bien comme il fallait.

Je hochais la tête vers l'agent qui m'ouvrait le passage et passais la barrière humaine avant d'entendre une voix s'élever dans mon dos. - « HEP HEP HEP ! Moi aussi je veux aider ! J'ai fait l'armée aussi ! » - Je me retournais et c'était la tronche d'Eric que je voyais. Soupir, je levais les yeux au ciel et faisais un pas vers l'agent qui venait de me laisser passer. - C'est vrai, il est avec moi. - Wes de son côté haussait les épaules et c'était bon. Eric passait et mon regard était sans équivoque. Non, par fierté je n'aimais pas quand les gens mentaient à ce sujet mais comme je le disais, c'était un moment pour mettre les détails de côté.

T'en as mis du temps. - Avais-je dis juste pour lui en nous éloignant de la ligne. Je repérais le collègue de Wes et me dirigeais vers lui. - Excusez moi, Wes nous envois pour aider. Eric est un ex-militaire.. - Avais-je dis en désignant le chinois. - ... et je suis un Seal. - Voilà qui devrait régler les questions à venir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

Autour de moi, chacun y allait de son "je veux aider moi aussi, je veux y aller". Est-ce que j'aurais dû faire pareil moi aussi ? Non, j'étais incapable de quoi que ce soit d'utile ici. Avoir de la bonne volonté, c'était bien, mais ce n'était pas tout. Encore que... j'étais mince, je pouvais peut-être me faufiler plus facilement que quelqu'un d'autre. Qui sait, des fois qu'il faudrait aller voir si tout le monde est encore en vie de l'autre côté.

...

Non, en fait, j'étais très bien à l'extérieur. Là-dedans, ça devait vraiment pas être beau à voir. Et si je tombais nez à nez avec un cadavre ? Pire, un cadavre que je connaissais ? Non, tout compte fait, je n'avais pas tellement envie d'aider que ça. Je me serais parfaitement bien contentée de rester à l'extérieur et d'aiguiller les gens  les uns vers les autres. Les aider à se retrouver, un truc dans le genre. Oui, ce serait parfait.

Précisément le genre de mission que Wes me donnait. Et j'allais obéir à Wes, n'est-ce pas ? Il était un représentant de l'ordre, quelqu'un qui savait mieux que moi comment faire face à ce genre d'événement. C'était un policier, pas le premier péquenot du coin.

- D'accord. J'attrapai Harper par le poignet et commençai à la tirer à ma suite. Viens, on va commencer par là.

J'indiquai de la main une sorte de point de rencontre improvisé pour que les gens "perdus" puissent s'y retrouver.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS LE NARRATEUR
JE SUIS LE NARRATEUR
Date d'inscription : 27/11/2015
Messages : 60
Points : 65

LORIEN CHOSE YOU
Chapitre Premier

  The Powers of Six

UNIVERSITÉ DE CHICAGO
Hyde Park, Chicago, IL
à 6,10 miles de Vintaro Üshaba
12 avril 2011
2h52 depuis l'upload de la vidéo

HARPER & ALBANE

Harper et Albane se faufilent alors un passage jusqu'à un petit groupe de policiers qui répondent à pas mal de questions de pas mal de gens. "Où est mon fils ?" "Où est ma soeur ?" "Qui a vu mon petit frère ?". Harper lance un regard inquiet à Albane. Il y a beaucoup de monde, et les jeunes filles se demandent si leurs amis sont bien prisonniers de cet enfer. Et si oui, s'ils vont bien. La foule approche de la panique, mais les filles ont plus d'aplomb que ça.

Pourtant, ce dernier risque d'être mis à rude épreuve alors qu'une nouvelle secousse se fait ressentir sous leurs pieds et que la foule autour d'eux se met à hurler.

#1 - Un coup j'te vois...
SUCCÈS : Albane et Harper peuvent apercevoir ce qui se passe ensuite dans le bâtiment
ÉCHEC : Les filles sont trop loin et la scène est cachée par la foule en panique

ERIC, WES & LESLIE

Alors que les garçons s'approchent du centre névralgique de l'apocalypse, Leigh fait un petit rapport à Wes de ce qu'il a manqué. C'est à dire pas grand chose. Tant que personne n'a pu approcher des décombres, il est impossible de savoir ce qui provoque le tremblement de terre. A peine Leigh finit-il sa phrase qu'une nouvelle secousse les fait trembler. De la poussière s'évade des décombres, signifiant qu'un nouveau mur s'est effondré. Combien de temps va tenir le bâtiment avant de s'écraser sur peu importe qui il reste à l'intérieur ?

Eric a laissé tomber son visage de Peter Parker pour arborer une expression nettement plus inquiète, qu'il partage avec Leslie. S'ils ne sont que deux, malgré l'évolution de leurs pouvoirs, ils ne sont certains de rien dans leur entreprise. C'est tout de même un gros bâtiment. C'est une très brève secousse qui a toutefois alerté la populace autour d'eux et tout le monde se remet à crier, pleurer, implorer, peu importe. Mais pour nos bonhommes, l'heure est grave. Si le sol reste aussi instable, ils ne pourront pas s'en approcher.

C'est alors que, dans le calme suivant la secousse, une fille court sur le parvis délabré, cherchant des yeux des membres des forces de l'ordre en la personne de Wes. Leslie peut reconnaître la fille comme étant Lydia, la cousine de Jaz. Son visage est marqué par la poussière et plusieurs égratignures. A peine sort-elle du bâtiment qu'un morceau de la toiture menace de s'écraser sur elle.

#1 - Plus rapide que son ombre
Pair : Leslie
Impair : Eric

Leslie est le plus rapide à réagir et fait usage de sa télékinésie pour empêcher le gros morceau d'écraser la jeune femme. C'est tout de même un gros morceau et le voilà mis à rude épreuve pour la première fois... Lydia hurle avant de courir plus vite pour rejoindre Wes et Leigh. Elle est totalement paniquée et sous le choc. Elle tend à Wes un bout de serviette en papier écrite au fusain qui ordonne aux forces de l'ordre de leur soumettre John Smith ou il fait s'écrouler le reste du bâtiment. Alors qu'ils conversent, Eric finit par lever la main jusqu'à ce qu'on le remarque.

"C'est moi."

NOTES MJ


DÉLAI ; Vous avez un peu plus d'une semaine pour répondre et tergiverser entre vous.
RETARDS ; Camille, sans réaction de ta part face aux mouvements des autres joueurs, je ne t'ai pas incluse dans ce post.


"IF DEATH HAS NO COST, THEN LIFE HAS NO WORTH"



"All the nerdy alien books I'd read,
that I'd so badly wanted to be true...
Suddenly, they were."


- Sam Goode
The Fall of Five
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS LE MJ
JE SUIS LE MJ
Date d'inscription : 26/11/2015
Messages : 131
Points : 70

Le membre 'Sam Goode' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou Double' :


--------------------------------

#2 'Dé de 6' :


« This is war, and people are going to die. Friends are going to die.
I've come to accept the pain, to take the ugliness for granted.
So it can be a little stunning when something good actually happens.
»
– Six (The Fate of Ten)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/ http://iamnumberfour.jdrforum.com/
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The power of six.
Feat. Albane Delaunay, Camille Bovet, Eric Xian, Harper Tonkin & Wes T. Fergusson


Une nouvelle secousse faisait vibrer le sol et un vent poussiéreux passait. J'avais sursauté, ou plutôt avait assuré mes appuis, prêt à tout. Derrière la barrière policière les gens s'affolaient et je soupirais. L'adrénaline, le stress de bien faire, la pression que je me mettais. Je n'étais personne, au départ, mais si je pouvais faire quelque chose alors je le devais. Et si je le devais, je devais le faire bien.

L'échange de regard avec Eric était clair: si même lui prenait cet air inquiet c'était que rien de tout ça n'allait. Je m'apprêtais à foncer dedans lorsqu'une silhouette se dessina dans la poussière. Brune, fine, petite mais pas trop. Je connaissais son visage. - Lydia! - Elle courait vers nous, nous et les forces de l'ordre, mais mon regard était happé par autre chose. Une ombre, une masse. Mes réflexes entraînés parlaient d'eux même et je faisais quelques pas rapides en avant. - Cours! - Dans le même temps, bras tendu, je projetais ma télékinésie sur le bout de toiture qui tombait sur elle. J'avais beau m'être entraîné, je n'avais jamais porté un truc aussi grand et l'effort se lisait sur mon visage, la veine de mon cou et de ma tempe se révélant. Je ralentissais la chute du débris, juste assez pour que Lydia accélère et passe, avant de tout lâcher.

Je m'écroulais à genoux, la respiration rapide. C'était au-delà de l'effort physique. Un effort physique ne m'aurait pas demandé autant, j'y étais entraîné et habitué. C'était bien plus que ça. J'avais agi par réflexe, j'espérais seulement ne pas avoir été vu, que l'attention aurait été focalisé sur Lydia et le bout de toit qui tombait.

Je me relevais et me retournais tout juste pour entendre la demande des ravisseurs et Eric se faire passer pour John Smith. Il est blond, imbécile! Mais ça voulait bien dire une chose: quelqu'un était derrière tout ça. Je revenais vers eux, à moitié dans mon coin. Si on m'avait vu faire, j'allais recevoir quelques regards douteux. C'était pas le moment de subir ça en silence. Suivant la déclaration mensongère, encore, d'Eric, je complétais. - Et on va dedans, vite, avant qu'il y ait d'autres victimes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The Powers of Six
Feat. Les autres


Imagine que je sois un shapeshifter... Je peux être blond sur demande, pas vrai ? Et puis, la qualité des vidéos de New York, excuse-moi, mais... Et puis ! Il me suffirait d'ouvrir les mains pour le leur prouver. Ca me semble la manière la plus rapide d'entrer.

J'avais aidé Leslie à supporter le poids de la pierre, mais il avait fait le plus gros du travail. Je reconnais avoir hésité un instant en me demandant si c'était avisé de nous montrer ainsi devant tout le monde. De nous dévoiler. Concrètement, non, ça ne me semble pas une bonne idée. Je ne sais pas qui est ce Wes, mais je ne suis pas non plus prêt à lui révéler tous mes secrets.

"Ca va ?"

Je doute très fortement que sa petite manigance soit passée inaperçue. Peut-être pour les plus éloignés, oui, mais pour ceux juste à côté ? Craignos. Mais je suis tout de même étonné que Leslie ne me réprimande pas. Au contraire, il va dans mon sens et ne dément pas sur ma fausse identité. Je hausse les sourcils, surpris.

"Ouais, comme y dit !"




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

Entraînant Harper à ma suite, je me faufilai en direction du petit groupe de policiers qui renseignaient les familles. Est-ce que c'est parce qu'ils avaient des informations que tout le monde se précipitait vers eux ou juste parce qu'ils étaient policiers et que tout le monde était désespéré ? Je n'aurais du le dire, mais comme tout le monde, je suivis le mouvement, tirant Harper vers le bras.

- Tu as une photo de Jax ?

Se frayer un chemin dans le foule n'était pas chose aisée, mais c'était la seule chose à faire pour approcher l'un des policiers.

- S'il vous pl...


Je n'eus pas le temps de terminer ma phrase, je sentis la terre trembler sous mes pieds.

- Oh non...

Autour de nous, la foule se mit à hurler, n'améliorant en rien la panique ambiante. Dans un réflexe, j'attrapai le bras d'Harper, comme pour ne pas la perdre et je tournai les yeux vers l'Université. Un tremblement de terre, encore ? Mais en était-ce vraiment un ?  En attendant, la foule nous cachait la vue. Tirant toujours sur le bras d'Harper, je l'incitai à me suivre, cherchant à trouver un point de vue dégagé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS LE NARRATEUR
JE SUIS LE NARRATEUR
Date d'inscription : 27/11/2015
Messages : 60
Points : 65

LORIEN CHOSE YOU
Chapitre Premier

  The Powers of Six

UNIVERSITÉ DE CHICAGO
Hyde Park, Chicago, IL
à 6,10 miles de Vintaro Üshaba
12 avril 2011
3h15 depuis l'upload de la vidéo

HARPER, ALBANE, ERIC & LESLIE

Quand Lydia se fraye un chemin entre les gravats, c'est pour tomber dans les bras de Leslie, pleurant à moitié. Il est le seul qu'elle connaisse, et peu importe ce dont il est capable, d'une part, elle n'a rien vu et d'autre part, elle s'en moque. Elle est enfin en sécurité et c'est tout ce qui compte. Elle est dans un sale état, des griffures de tous les côtés, de la poussière dans les cheveux et malgré ça, elle reste la plus belle fille de la ville.

"Un type est devenu fou, il a pris toute la bibliothèque en otage !"

Eric fronce les sourcils et relève les yeux sur le bâtiment et réfléchit. Il a du mal à imaginer que ces tremblements de terre ne soient qu'une prise d'otages.

De l'autre côté, Harper aperçoit enfin Lydia et ses yeux s'écarquillent alors qu'elle hurle son nom en poussant les gens pour passer, Albane à sa suite. Mais quand les filles arrivent, les garçons sont déjà à moitié chemin de la bibliothèque et le coeur de Harper s'affole.

"LESLIE !"

Peu importe où ils vont, ça ne lui dise rien qui vaille. Et quand les filles tentent de passer, on les arrête de bras sur les épaules. La blonde a beau se débattre, on lui ordonne de rester derrière la ligne.


"IF DEATH HAS NO COST, THEN LIFE HAS NO WORTH"



"All the nerdy alien books I'd read,
that I'd so badly wanted to be true...
Suddenly, they were."


- Sam Goode
The Fall of Five
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

Alors que j'essayais de tirer Harper dans une direction pour essayer de voir ce qu'il se passait du côté de l'université, je sentis que celle-ci faisait de même de son côté. Je tournai la tête rapidement pour voir de quoi il s'agissait. Harper semblait voir quelque chose que je ne voyais pas. Elle n'était pourtant pas plus grande que moi.  Mais entre nos bras tendus se trouvaient plusieurs personnes qui me cachaient la vue. Cependant, au nom qu'elle hurla, il ne me fallut pas longtemps pour comprendre ce qu'elle avait vu.

Je laissai Harper m'entraîner à sa suite, m'assurant de ne pas la lâcher, c'était le meilleur moyen d'être sûre de ne pas la perdre dans la foule qui se pressait et se bousculait. Lydia était là. En mauvais état. Ce qui laissait présager l'endroit d'où elle venait. Je lâchai subitement la main d'Harper pour me frayer un chemin jusqu'à la jeune femme qui venait de sortir des décombres.

- Lydia !

Je la serrai brièvement dans mes bras et examinai son visage rapidement. Je n'étais pas médecin, ni rien, c'est vrai. Mais avec les frères que j'avais, j'avais vite appris à soigner les petits bobos. Lydia avait des égratignures en plusieurs endroit, mais rien de très grave finalement.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Le cri d'Harper me fit détourner l'attention de mon amie pour la reporter sur les deux hommes qui s'avançaient vers les décombres. Je savais qu'ils devaient y aller, mais j'aurais cru que la réplique les en aurais dissuadés. D'autant qu'à regarder les bâtiments, les décombres avaient bougé, d'autres parties s'étaient écroulées, un peu plus.

- Eric...

Je murmurai son prénom pour moi-même. Du même élan qu'Harper, je me précipitai vers eux pour essayer de les rattraper. Et comme elle, je sentis des bras me retenir pour me laisser passer.

- Laissez-moi passer !


Je regardai la personne qui me retenait, mon regard l'aurait foudroyé sur place si j'en avais eu le pouvoir.

- Lâche-moi tout de suite bordel de merde !

Je ne jurais pas, jamais. Pas aussi vulgairement. C'était vous dire que la situation était vraiment particulière ! C'était sorti en français en plus. Pas sûr qu'il ait compris quoique ce soit. Je lui donnai un bon coup de coude dans les côtes et écrasai son pied dans l'espoir qu'il me lâche.

Comprenez moi bien. Je m'appelle Albane Delaunay et personne ne se met en travers de mon chemin.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
The power of six.
Feat. Albane Delaunay, Eric Xian & Harper Tonkin


On ne perdait pas de temps en discussion. J'étais habitué aux champs de bataille et aux terrains fragiles. Je n'avais pas peur d'y aller. Wes nous avait offert une ouverture et je comptais bien l'utiliser pour voir tout ça de plus prêt. Eric me suivait, qu'il sache dans quoi il s'embarque ou non, mais je ne pouvais de toute façon pas refuser son aide. On avait perdu Camille dans la foule et il était le seul capable de faire ce que moi-même je pouvais faire. On pouvait déblayer le boulot pour les secouristes, gagner du temps. Découvrir ce qui se tramait là dessous.

On se mettait en marche pour la bibliothèque, suivant les indications de Lydia que j'avais laissé avec deux ambulanciers. Mon regard était fixe, concentré. Je faisais craquer les jointures de mes doigts lorsque dans mon dos une voix criait mon nom. Nous étions déjà loin de la barrière. - « LESLIE ! » - Je me retournais pour voir Harper batailler avec la ligne infranchissable d'hommes en bleus.

Un pas en arrière et je plaçais ma main devant moi. Devant Harper une légère pression devait se faire sentir, comme si l'air se solidifiait un peu, l’empêchant d'atteindre les flics de quelques centimètres seulement. Je captais son regard. - Je vais le trouver! - Pas sûr qu'elle m'entende, pas sûr qu'elle ait pu lire sur mes lèvres. Mon regard avait peut être été suffisant, ou alors simplement froid comme souvent.

Je reprenais la marche, il fallait qu'on avance. - Soit prudent là-dedans. - Simple consigne évidente. Simple habitude. Nous n'avions pas le même entrainement à tout ça et même si je devais lui faire confiance et croire en ces nouvelles capacités, je restais toujours protecteur. Qu'il aime ça ou non. L'entrée de la bibliothèque semblait praticable, enfin à peu prêt. Le reste... pas si sûr que ça. Nous entrions...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS LE NARRATEUR
JE SUIS LE NARRATEUR
Date d'inscription : 27/11/2015
Messages : 60
Points : 65

LORIEN CHOSE YOU
Chapitre Premier

  The Powers of Six

UNIVERSITÉ DE CHICAGO
Hyde Park, Chicago, IL
à 6,10 miles de Vintaro Üshaba
12 avril 2011
3h17 depuis l'upload de la vidéo

HARPER & ALBANE

Les deux jeunes femmes tentent une percée mais c'est Leslie qui les arrête d'un coup de télékinésie. Et ça, Harper a du mal à le concevoir. Elle écarquille les yeux, la bouche bée, n'en revenant pas qu'il ait usé de ses pouvoirs sur elle de cette manière. Malgré sa promesse, la blonde ne veut rien entendre.

"LESLIE ! Rah, laissez-moi passer, je suis avec eux !"

Harper comme Albane se débattent. Leurs amis sont dans les décombres, les autres amis y vont aussi, il n'est pas question qu'elles restent là sans rien faire, l'une comme l'autre.

#1 : Echappatoire ÉCHEC SUCCÈS

Rien à faire, personne ne veut les laisser passer, malgré le fait qu'elles se débattent. On les menace même de leur passer les menottes si elles ne reculent pas immédiatement. De quoi calmer les ardeurs de l'une comme de l'autre.

ERIC & LESLIE

"Je suis toujours prudent."

Eric est probablement le mieux entraîné à la télékinésie. Pour autant, son Lumen est des plus aléatoires. S'il a appris à le contenir, le maîtriser est une autre paire de manches.

Tous les deux se faufilent un chemin dans les ruines. Ils ont des gravas jusqu'aux genoux, comme si quelqu'un avait cherché à bloquer les issues. Eric garde sa télékinésie prête. Ca craque de partout, ça glisse, il y a de la poussière... Il masque son visage de sa manche et fronce les sourcils en tendant l'oreille.

Dans l'absence de bruit, Eric fait une tentative.

"Hey ho ! Y a quelqu'un ?"

#2 : Faille ÉCHEC SUCCÈS

En guise de réponse, le sol tremble à nouveau à leurs pieds et une colonne menace de s'effondrer sur eux. Tous les deux joignent leurs forces kinétiques pour éviter de se faire écraser sous ce lourd pilier. Celui-ci tombe à quelques centimètres d'eux, bloquant en partie l'issue d'où ils arrivent. A bout de souffle, Eric se tourne vers Leslie, couvert d'autant de poussière que lui.

"Tu sais quoi ? J'ai jamais aimé cette université."

Le hall d'entrée est jonché de gravas et il y a plusieurs passages ouverts. L'électricité est en majorité détruite, mais une lumière clignote, un néon pendant du plafond. Eric secoue sa main jusqu'à ce qu'une fine lueur en émane et éclaire leur chemin. Les garçons ont alors le choix. Se séparer pour couvrir plus de terrains, ou chercher ensemble.

"Si tu voulais prendre des gens en otage... Tu irais où ?"


"IF DEATH HAS NO COST, THEN LIFE HAS NO WORTH"



"All the nerdy alien books I'd read,
that I'd so badly wanted to be true...
Suddenly, they were."


- Sam Goode
The Fall of Five
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS LE MJ
JE SUIS LE MJ
Date d'inscription : 26/11/2015
Messages : 131
Points : 70

Le membre 'Sam Goode' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Quitte ou Double' :


--------------------------------

#2 'Quitte ou Double' :


« This is war, and people are going to die. Friends are going to die.
I've come to accept the pain, to take the ugliness for granted.
So it can be a little stunning when something good actually happens.
»
– Six (The Fate of Ten)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/ http://iamnumberfour.jdrforum.com/
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

On avait une chance de passer, il faut croire que l'entêtement finissait par payer. A force de me débattre, le policier qui me retenait commençait à lâcher. Encore un peu et je pourrai filer rejoindre Leslie et Eric avant qu'il n'ait le temps de me rattraper. Mais c'était sans compter sur cette barrière invisible qui se dressa soudain, à quelques centimètres du cordon formé par les agents. Une barrière qui nous arrêta net, Harper et moi, et nous empêcha de passer quoiqu'on tentât.

- C'est pas vrai ! Qu'est-ce que c'est que ça ?

Comme si ça avait une quelconque importance. Cela nous empêchait de passer, c'était tout ce qui comptait. Le policier avait eu, entre temps, la possibilité de réaffirmer sa prise sur moi. Avec ses collègues, il nous menaçait maintenant, Harper et moi, déclarant qu'on avait tout intérêt à nous calmer au risque de devoir nous passer les menottes. Je lui jetai un regard glacial et me détournai de lui, entraînant Harper à ma suite.

- Il faut qu'on passe.


Pourquoi ? Je n'en sais rien. Mais quelque chose me disait qu'il fallait qu'on le fasse. Eric et Leslie avaient fini par disparaître dans les entrailles de l'université.

- Il doit bien y avoir un autre accès que celui-là, non ? A l'arrière ?

J'essayai de me remémorer les plans du bâtiment. Il y avait des sorties de secours un peu partout. Il n'était pas impossible que la bibliothèque ait la sienne d'ailleurs. C'aurait même été plutôt logique. Une sortie de secours donnant directement sur l'extérieur. Au pire, on briserait une fenêtre, j'en sais rien. Mais je n'avais pas l'intention de rester à l'extérieur alors que nous avions des amis à l'intérieur. Harper avait Jax, et moi j'avais Dee. Et Eric, maintenant.

- Viens, il faut qu'on trouve un autre endroit pour passer.

Sans attendre la réponse d'Harper, je me faufilai dans la foule, cherchant un endroit où la vigilance des policiers serait moins grande.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT - The Powers of Six
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Am Number Four :: L'HÉRITAGE DE HUIT :: Chapitre Premier-