Au commencement, ils étaient neuf.

ACTUALITÉS

"Generation One", la nouvelle saga spinoff de Numéro Quatre de Pittacus Lore, sortira le 27 juin 2017 !
• HarperCollins va publier une nouvelle saga qui fera suite aux événements de "United as One", du point de vue de la Garde Humaine. Nouveaux héros, nouveau combat, nouveaux Héritages... Même auteur. "Generation One" sortira le 27 juin 2017 ! Pré-commandez-le dès maintenant sur HarperCollins.
• Notre event "L'Héritage de Huit" a débuté ! Les Gardanes sont sur le point de découvrir qu'une guerre a commencé. Il ne tient qu'à eux de la gagner !
• Retrouvez-nous maintenant sur Twitter !
"Le Destin de Dix" est enfin disponible dans toutes les librairies ! Réagissez sur Facebook, le forum ou sur notre site !
• Le premier site en français de Numéro Quatre a ouvert ! www.iamnumberfour.fr !
• Le forum change d'adresse. Connectez-vous dès maintenant sur http://forum.iamnumberfour.fr !
• Retrouvez-nous sur !
"United as One", l'ultime opus de la série, sortie le 28 juin 2016 aux éditions Harper Collins, aux USA

HUMAINS
L'être humain est complexe, paradoxal et imprévisible. Il se trouve souvent là où on ne l'attendait pas. Ses capacités restreintes n'en font pas un incapable car il value les émotions et les sentiments. Il aime acquérir les choses de ses propres mains et ressent toujours le besoin de prouver aux autres, ainsi qu'à lui-même ce dont il est capable, à tous les niveaux.
Quand bien même, de frustration, il tente d'assassiner sa propre planète et ainsi que ses frères, il n'en demeure pas moins un être particulièrement entier et unique.
GARDANES
A l'origine, les Gardanes sont des Lorics dotés de dons exceptionnels, d'Héritages, voués à défendre leur planète et leur population. Cependant, il y a à peine quelques jours, ils ont répandu l'essence de Lorien sur Terre afin de la défendre à son tour. L'entité unique a alors constitué, choisissant parmi des êtres humains du monde entier, la Garde Humaine.
De par leur coeur vaillant et pur, leur courage sans limite et leur volonté d'agir, ces nouveaux Gardanes développeront à leur tour des dons extraordinaires et l'avenir de leur propre planète dépend d'eux. À grands pouvoirs, importantes responsabilités.

Partagez | 
 

 EVENT - The Legacy of Eight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
JE SUIS LE NARRATEUR
JE SUIS LE NARRATEUR
Date d'inscription : 27/11/2015
Messages : 60
Points : 65

avatar
L'HÉRITAGE DE HUIT
Chapitre Premier


  Epilogue

LESLIE, ERIC & ALBANE
Chinatown, Chicago, IL
à 442,34 miles des Chutes du Niagara
13 avril 2011
19h depuis l'attaque de la bibliothèque

Je n'ai pas su ce qui s'était passé exactement à Chicago. J'étais beaucoup plus loin, beaucoup plus occupé à rester en vie, mais je sais que la ville, même sans être frappée comme New York, a subi des dommages considérables une fois passée entre les mains des Mogadoriens. Elle entrait dans un règne de la terreur. Vintaro la contrôlait d'une poigne de fer et pourtant, il n'était pas un Originel comme les autres leaders de la flotte de Setrakus Ra. Comme quoi, même des Incubés peuvent faire leur trou dans ce militarisme extrémiste...

A partir de ce moment-là, plus personne n'a pu ignorer ni l'existence des extra-terrestres, ni celles des Mogadoriens et encore moins celles des Gardanes. D'ailleurs, ces derniers-là, on les cherchait. Nous, déjà, mais les Mogs, surtout. Mais ça, c'était une guerre qui se passait loin des écrans. A ce moment-là, nous étions très loin d'imaginer tout ce qui était survenu à Chicago... Et ce qui s'annonçait.

La bibliothèque a été évacuée, Harper, Jax, Wes et Dee transportés à l'hôpital avec d'autres victimes, et Leslie et Eric ont fait un arrêt ambulance pour guérir quelques bobos. L'asiatique, ne pensant qu'à sa soeur, a refusé d'être emmené à l'hôpital pour des examens plus poussés. Il s'est levé de l'ambulance et a embarqué Albane avec lui pour rentrer. Il n'avait pas assez mal - en apparence - pour rester là.

Qu'Albane ait souhaité rester avec lui ou non pour la nuit, le lendemain, ils étaient tous les trois avec Leslie chez lui avec son frère et sa soeur à regarder les infos sur la télé. Harper, quant à elle, avait coupé tout contact si toutefois l'ancien SEAL avait cherché à la joindre. Camille avait été elle-même prise en charge et bénéficiait du calme de l'hôpital.

Miko, dans les bras de son frère aîné, est étrangement calme et paisible. Recroquevillée contre son torse, elle suce son pouce, les yeux rivés sur la télé. Malgré son âge, elle comprend très bien les images qu'elle voit. Le cadet a également les yeux fixés sur l'écran, le front plissé par la concentration et une part d'inquiétude. La peau d'Eric le démange, les brûlures vont mettre du temps à guérir mais entre les infirmiers et les soins prodigués par Albane, la douleur est très faible. Leslie a eu un peu plus de chance et se contente d'égratignures et d'hématomes. Installés chez Eric, ils accusent la veille avec des visages graves.

Aux infos, on montre les images de la bibliothèque, les blessés, les victimes et le peu que les journalistes savent, c'est que l'attaque de Chicago est liée à celle de Beijing et de New York. Ce n'est plus un couvre-feu qui est imposé, mais un état d'urgence.

S'il y a une chose que j'ai apprise à fréquenter John, c'est, règle #1 : ne jamais rien poster sur Internet.

Alors que les mêmes images reviennent, déprimantes et accablantes, Albane reçoit un message sur son téléphone. Une de ses amies en France a vu une vidéo qui devient virale. Visiblement prise d'un téléphone, elle montre les chutes du Niagara et une espèce de punk au look marginal et au fort accent britannique en train de hurler, sa voix couverte par les cascades. Malgré les mouvements de la caméra, la vidéo montre d'autres adolescents d'environ 17 ou 18 ans : une blonde, une asiatique et un autre garçon dans son dos.

"Hello, John Smith et ses super-potes ! Vous êtes là ? Nigel Rally, présent. On s'est rencontrés au... Machin. On a trouvé tes foutues pierres et tu sais quoi ? Bah, c'était bien fun de traverser le monde et tout, mais... Vous comptez venir nous chercher à un moment ou bien ?" La caméra se tourne vers les cascades, afin de montrer à John exactement où ils sont, ainsi que les autres gamins avec Nigel. "Faites coucou à John Smith ! Protecteur du monde et Big Brother absent qui a visiblement oublié de venir nous retrouver." La blonde tente un geste de la main timide. "Alors ça c'est Fleur et voilà Bertrand." Albane peut reconnaître la fille comme étant une vague connaissance de son université en France. Inconnue personnellement, mais déjà croisée. "Et là-bas, c'est euh... Ran. Je crois. Celle-ci parle pas franchement anglais. Plus depuis que ton petit rossignol aux yeux qui brillent a arrêté de traduire, en tout cas." La caméra revient sur Nigel en gros plan. "Alors tu vois, on est aux Chutes du Niagara, au cas où t'avais pas encore remarqué. J'ai mémorisé autant d'emplacements que j'ai pu de ceux qu'il y avait sur ta carte de cinq secondes, mais on a jamais foutu les pieds aux States, tu vois, donc on a fait un crochet par l'Europe et j'ai pris quelques potes au passage." La caméra se rapproche et Nigel prend un air solennel. "Si tu m'entends, Major John, on t'attend. Si tu viens pas, ben, j'imagine qu'on montera dans le prochain vaisseau alien qui passera en espérant avoir de la chance, hein ? Allez. Salut !"

Et ainsi la vidéo Youtube s'arrête. A celle-ci est associée la dernière vidéo de Sarah qui introduisait John et les Gardanes Lorics au monde et le nombre de vues est impressionnant. L'upload date de la veille, dans l'après-midi, alors que nos héros secondaires jouaient leur vie dans les décombres de la bibliothèque.


"IF DEATH HAS NO COST, THEN LIFE HAS NO WORTH"



"All the nerdy alien books I'd read,
that I'd so badly wanted to be true...
Suddenly, they were."


- Sam Goode
The Fall of Five
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
Le reste de la journée s'était déroulée comme dans une espèce de brouillard. Après avoir été évacuée de la bibliothèque avec les autres, j'étais restée avec Eric et Leslie, incapable de trop savoir quoi faire ou où aller. Je ne pouvais même pas rentrer chez moi, mon appartement se situant juste à côté de la bibliothèque et par conséquent à l'intérieur du périmètre qui avait été bloqué. Je m'étais laissée faire également lorsqu'Eric m'avait entraînée à sa suite pour quitter les lieux et rentrer chez lui.

Le lendemain, installée dans le salon d'Eric avec Leslie et la fratrie de notre hôte, nous regardions les informations, le regard rivé sur la télé. Les images de la veille tournaient en boucle, accompagnées des commentaires des journalistes. Ils ne nous apprenaient pas grand chose que ne nous ne savions déjà, à nous qui avions été au coeur de tout cela. Mais personnellement, j'étais incapable de détacher mes yeux du poste de télévision. C'était comme si je percutais seulement maintenant tout ce que cela signifiait. La veille, dans l'intensité du moment, c'était tout juste si j'avais eu le temps de réfléchir à autre chose qu'au moyen de m'en sortir en vie et d'aider mes amis à faire de même. Mais maintenant, tout était retombé et j'avais le temps d'y repenser.

La sonnerie de mon téléphone détourna mon attention de la télévision et je m'emparai de l'appareil sans l'instant. C'était mon téléphone "français", celui sur lequel ma famille et mes amis de là-bas me contactaient. Je supposais que la presse internationale avait parlé des événements de la veille et que mes proches s'inquiétaient ? Mais ce n'était pas tout à fait ça. C'était un message d'une amie française, oui, contenant un lien vers une vidéo qu'elle me disait de regarder au plus vite.

Je me levai du canapé et m'éloignai des autres pour y jeter un oeil. Mais rapidement, je revins dans le salon, m'emparai de la télécommande et coupai le son du téléviseur sans demander leur avis aux autres.

- Il faut que vous voyiez ça
.

Reposant la télécommande sur la table, je m'installai entre Leslie et Eric et, tenant mon téléphone de façon à ce qu'ils puissent voir tous les deux, je lançai la vidéo.

- Une amie française vient de m'envoyer le lien. C'est sur internet en ce moment et y'a déjà un nombre hallucinant de vues. Ca a été posté quand on était... à la bibliothèque. Je connais cette fille, ajoutai-je alors que la dénommée Fleur apparaissaient à l'écran, elle vient de chez moi...

Je relevai les yeux pour regarder les deux hommes l'un après l'autre, attendant qu'ils terminent de voir la vidéo à leur tour, attendant de voir ce qu'ils en pensaient.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


Si l'un de nous a dormi cette nuit, c'est un miracle. On arbore tous des poches sous les yeux et le seul qui tient debout comme si tout allait bien, c'est mon frère. C'est la première fois que Miko est aussi calme et surtout, aussi collante. Elle l'a déjà été quand elle était toute petite, mais depuis qu'on est que tous les trois, c'est du combat au jour le jour. Jusqu'à cette nuit. Je dois reconnaître qu'au milieu de tout ce chaos, c'est un immense soulagement. Il a fallu une apocalypse pour qu'on me rende ma soeur et alors que tout le monde est abattu, déprimé, j'ai le coeur tout chaud. Cependant, je ne dis rien, je me contente de lui caresser les cheveux, le regard perdu sur la télé que je ne vois même pas. Au moins, son calme rend la cohabitation avec Albane plus simple. Je suis perdu dans mes pensées à rediffuser intérieurement toutes les images de la veille et la seule question qui me traverse l'esprit réellement c'est... "Que penseraient les parents s'ils savaient ?"

Albane me sort de cette rêverie noire en s'installant à côté de moi et Miko lève les yeux sur elle pendant que mon frère vient se poser contre mon dos pour regarder par-dessus mon épaule et je grimace alors qu'il s'appuie sur une de mes plaies/courbatures/hématomes, entourez la mention correspondante.

"Aie..."

Miko tend la main pour attraper le téléphone, mais je lui prends pour la ramener contre moi et pouvoir regarder la vidéo, les sourcils froncés. A croire qu'un jour de repos, c'est trop demandé. Je hausse les épaules.

"On sait même pas où il est John Smith. On sait même pas ce qu'on doit faire maintenant..."

Autrement dit, moi, je veux bien me joindre au lunatique, mais je pouvais pas laisser ma soeur à la maison toute seule. Je soupire.

"Ca veut dire qu'ils vont être des centaines, voire des milliers, à tenter de trouver leur chemin jusqu'ici ? Les Chutes du Niagara, c'est genre 500 bornes d'ici. J'ai mémorisé aucun point sur la carte, personnellement..." Je lève la main vers ma tempe. "Je crois que j'étais un peu trop occupé à paniquer à l'idée de ce qui se passait pendant qu'on prenait le thé, tu vois ce que je veux dire ?"




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight.
Feat. Eric Xian, Albane Delaunay


La nuit avait été compliquée, longue. Pour ainsi dire inexistante. Mon père n'avait pas conscience de ce qui se passait, il était tout juste sorti de sa chambre lorsque j'étais rentré sans même voir les bleus qui ornaient ma tronche. C'est Luke qui avait bondi du canapé. Il ne lui avait pas fallu longtemps pour comprendre d'où je revenais. On s'était rapidement éclipsé des lieux après les événements et même si j'avais voulu rester avec Harper, elle, ne semblait pas penser de la même façon. Eric m'avait convaincu que lui laisser un peu d'espace était la meilleure chose à faire pour le moment et je l'avais suivi.

Lorsque j'étais remonté dans le couloir j'avais lancé un regard à la porte de l'appartement de la harpie puis j'étais rentré pour que Luke me fasse asseoir. J'étais vidé, exténué, et je pouvais sentir que me fatigue venait de bien plus loin qu'une simple fatigue physique. Il m'avait aidé à désinfecter certaines plaies mais dans l'ensemble j'étais chanceux. J'avais ignoré ses nombreuses questions, c'était trop tôt pour en parler. Je lui avais seule dit le minimum. Le strict minimum. Sans mentionner tout le reste. Je ne lui avais pas parlé de ces "pouvoirs" et je ne le voulais toujours pas.

Il ne m'avait pas fallu longtemps pour rejoindre mon lit et m'endormir... pour me réveiller. Ça avait été ça toute la nuit. J'avais été incapable de dormir plus d'une heure à la suite et finalement lorsque Luke s'était levé, je l'avais suivi. Je tournais en rond. Normalement à la suite d'une mission j'étais coincé plusieurs jours avec mon unité, on avait le temps de laisser retomber la pression, de discuter de ce qui s'était passé, même si on disait ne pas aimer parler de tout ça, on parlait sans vraiment parler. Mais là? Là j'étais seul, seul avec mes pensées. J'envoyais un message à Eric et je me retrouvais rapidement chez lui, calé sur le canapé devant la télé.

Ma tronche ne valait pas plus que les leur et Eric avait pas mal douillé aussi. Les informations tournaient en boucle entre vidéos amateurs, déclaration officielles qui minimisaient la vérité, comme si ça pouvait changer quelque chose maintenant, et rumeurs tout juste fondées entre exagération et anticipations douteuses. Je restais silencieux et lorsque Albane revenait et coupait le son de la télé je levais mon regard sur elle. - Hey! - Mais elle nous montrait quelque chose et je tendais le cou à côté d'Eric pour observer.

Les choses accéléraient. On partait de rien à tout et c'était effrayant. Les types de la vidéo appelaient Smith à les rejoindre, ou les trouver, faire un signe, et à la fin de la vidéo lorsqu'Eric commentait je soupirais. - J'en ai mémorisé une partie mais... - Je désignais le téléphone du doigt. - C'est pas prudent ça. Ils vont les retrouver, et je parle pas de John Smith... - Je me calais dans le coin du canapé, là où j'étais jusque là, le regard un peu dans le vague. Regard que je finissais par lever vers Eric. - ... On devrait peut être y aller aussi. - Idée jetée en l'air. C'était pas prudent de balancer ce genre de vidéo, mais est-ce que c'était plus prudent d'y aller aussi? Dans ma tête, l'idée c'était surtout d'y aller en renfort pour pouvoir aider si jamais les Mogs débarquaient mais... Et si on se faisait avoir à ce petit jeu aussi...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
Alors que la soeur d'Eric tendait la main pour attraper mon téléphone, je le gardai hors de sa portée, jetant un oeil à son frère, me demandant s'il est bien raisonnable, après tout, d'impliquer sa petite soeur dans tout cela. Mais Eric ne semble pas gêné le moins du monde par sa présence, pas plus que par celle de son frère.

Si j'avais plus ou moins compris la vidéo et le message qu'elle cherchait à faire passer, les commentaires d'Eric et ceux de Leslie me furent pour le moins nébuleux. Je fronçai les sourcils, les dévisageant l'un et l'autre. John Smith, ok, son nom me disait quelque chose, j'en avais entendu parler dans la vidéo que j'avais vue la veille, alors que nous nous rendions à l'université avec Eric. Mais le reste...

- De quoi parlez-vous ? Quelle carte ?

Je n'avais pas souvenir d'avoir vu aucune carte sur aucune des vidéos que j'avais vues. Je levai une main, l'autre tenant toujours mon téléphone.

- Est-ce que l'un de vous deux aurait l'obligation de m'expliquer de quoi il retourne ? J'ai l'impression que la moitié de vos paroles m'échappent. Qui va retrouver qui ? Ca a un lien avec les hommes qui ont attaqué la bibliothèque ? John Smith se bat contre eux ? Vous avez l'intention de rejoindre son armée ?

Est-ce que j'étais complètement à côté de la plaque ? A eux de me le dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


"Ouah, ça fait beaucoup de questions d'un coup, c'est qu'il y en a là-dedans ! Attention à la surchauffe."

L'humour, la meilleur arme contre le mal. En même temps, comment lui en parler ? Ca me laisse interdit, je suis là à regarder Albane, puis Leslie... Aucun de nous n'a mentionné à nouveau ce qui s'était passé. Je veux dire, au moment où on s'est évanouis comme des belles au bois dormant. O n'a pas débriefé, on n'en a pas parlé, je me suis contenté de l'éloigner de Harper en priorité. Et d'essayer de dormir ensuite.

"Et ben euh..."

J'hésite, soyons francs. C'est vrai, je la connais pas cette fille ! Et si c'était un agent du gouvernement pour nous espionner ? Elle pourrait nous vendre au plus offrant, t'imagines ? En même temps, comment expliquer qu'il y a des puits ou des points chauds à travers le monde sur des morceaux de pierre précieuse qui téléportent les gens d'un continent à l'autre ? Exactement, c'est insensé ! Du coup, je décide de reporter mon attention sur autre chose et je lève la main en grimaçant, le regard sur Leslie.

"Attends une seconde. T'es pas sérieux. Tu veux aller là-bas ? Après qu'on s'en soit sortis de justesse ? Et je dis 'on' en parlant uniquement de nous trois. Vieux, j'abandonne pas mes frangins pour une Croisade sous les chutes d'eau, aussi belles soient-elles, ok ?" Je montre le téléphone d'Albane. "Pour ce qu'on en sait, ça pourrait être un piège." Puis, je désigne la jeune femme. "C'est ça que tu veux ? Qu'on rejoigne une armée ? Disons que je t'ai pas beaucoup vu t'énerver à la bibliothèque."

Ca, j'admets. C'est gratuit. Mais je ne suis déjà pas dans mon assiette et qu'on puisse imaginer en moins d'une seconde plonger dans la gueule du loup sans même y réfléchir, ça me semble plus la être le mode opératoire d'un casse-cou en quête de suicide que d'une personne bien pensante.




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight.
Feat. Eric Xian, Albane Delaunay


Les questions d'Albane venaient rapidement et je me rendais compte du vide de discussion qu'on avait eu. On avait pas parlé de ce qui s'était passé, ni de ce qu'on avait vu dans cette salle sombre avec les autres. Je dois dire que c'était encore assez flous dans ma tête et même si j'avais retenu les informations, elles ne faisaient pas encore beaucoup de sens pour moi. C'était peut être trop tôt mais ça fait déjà un moment que j'avais ces pouvoirs et j'aurais peut être dû être plus enclin à accepter le reste.

Comme à son habitude, Eric entamait la réponse... avant de se retourner sur moi. Puis sur elle. - Je propose seulement l'idée, je suis pas déjà entrain de préparer les sacs. - Il songeait à un piège et je ne pouvais qu’acquiescer parce que j'y avais pensé aussi. - Peut être, mais imagine si c'est pas un piège? Si c'est gamins sont vraiment en danger? Tu crois pas que du renfort serait pas le bienvenu?

Je posais mon regard sur sa petite sœur dans ses bras. Je pouvais parfaitement comprendre ce qu'il disait. Moi-même à la maison j'avais un petit frère et un père malade qui reposaient sur moi. C'était différent, mais en un sens c'était pareil. Ou peut être était-ce plus simple pour moi parce que j'avais déjà eu à partir plusieurs fois pour le boulot? Peut être...

Je tournais finalement la tête vers Albane en soupirant. Pas parce qu'elle m'agaçait mais parce que j'allais tenter de raconter en étant pas sûr de bien le faire. - Hier, quand on s'est évanoui, on était pas seulement inconscient. On était tous réuni, ailleurs. Je suis pas sûr de où ni de comment mais tous, les gens avec des pouvoirs, les Gardanes, on était dans une salle avec Le John Smith des vidéos, et les autres aussi. - Je frissonnais discrètement. - Et Setrakus Ra, le chef des types de hier.

Je me penchais légèrement en avant, comme si la partie sérieuse commençait. - Ils nous ont expliqué ce qui se passait, ce que les Mogadoriens voulaient faire de nous. Ils nous ont montré une carte avec des... passages. De la téléportation... - Mais je changeais de ton immédiatement. - ... Mais j'ai pas tout compris à cette histoire. - C'était toujours nébuleux dans ma tête. - Il nous incitait à nous battre pour notre planète, à ses côtés. - Mon regard repartait dans la vide alors que je m'adossais à nouveau au canapé. - Il était plutôt convaincant ce jeune, mais j'avoue ne pas vraiment savoir quoi faire de tout ça...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
J'adressai un regard presque noir à Eric. Comment osait-il se moquer de moi ? Même dans ce genre de circonstances, mon ego avait une place importante et se vexait facilement. Mais je me forçai à me rappeler qu'Eric, lui aussi, avait vécu la même chose que moi et que peut-être, l'humour était sa façon à lui de réagir. Ce n'était pas la mienne, c'était certain, mais j'en connaissais d'autres des comme lui alors... du calme Albane, inutile de monter au créneau pour si peu, c'est pas le moment.

- Ca commence à sentir le roussi ?

Tentative complètement ratée pour répondre à son humour. Je n'en avais déjà pas beaucoup de base alors quand en plus je me forçais à en faire, c'était pire.

Enfin bon, passons, c'est que j'attendais toujours quelques réponses à mes questions, quelques éclaircissements qui pourraient m'aider à comprendre un peu mieux de quoi mes deux compagnons parlaient. Parce que manifestement, eux, se comprenaient. Mais en tout cas, ces réponses ne viendraient pas d'Eric puisqu'à la place, il décida de se focaliser sur ce que Leslie venait de dire. Et ce que Leslie venait de dire semblait ne pas vraiment plaire à Eric.

Pour ma part, je reportai mon regard sur mon téléphone alors qu'Eric suggérait que ça puisse être un piège. Suggestion qui fit également réagir Leslie. Et moi.

- Je ne sais pas si c'est un piège... Cette fille, Fleur. Je ne peux pas dire que je la connaisse bien. Mais je la croise régulièrement dans les couloirs, à l'UCO, je relevai les yeux sur Leslie et Eric, mon université en France. Elle ne me semble pas être le genre de fille qui aurait assez d'intelligence pour tendre un piège à qui que ce soit.

Ca, c'était gratuit. Je ne connaissais pas bien cette Fleur, comme je venais de le dire, mais je n'avais pas besoin de ça pour dire que je ne l'aimais pas beaucoup. Elle n'avait aucun sens de l'esthétisme en matière de mode...

- Et puis surtout, j'ai du mal à imaginer pourquoi une fille comme elle se donnerait la peine de venir jusqu'ici pour tendre un piège à quelqu'un qu'elle ne connait même pas.

Je retrouvai le silence quelques secondes alors que je regardais à nouveau mon téléphone. La vidéo était terminée et affichai cette image, vous savez, comme un aperçu avant visionnage. On voyait les chûtes, le jeune homme qui parlait, Nigel, et les autres en arrière plan. Je relevai les yeux sur Leslie alors qu'il commençait à m'expliquer la situation.

- Les Mogadoriens... c'est comme ça que s'appellent les hommes qui ont attaqué l'université hier ? Pourquoi leur chef était-il avec John Smith ?

Ca n'avait aucun sens, ils n'étaient pas sensés être ennemis, pour ce que j'en avais compris ? Mais la suite des explications de Leslie m'amenèrent d'autres questions.

- Attendez, est-ce que vous êtes en train de dire que ces hommes, les Mogadoriens, veulent s'en prendre à notre planète ? Ca me semblait un peu énorme. Mais avec tout ce que j'avais vu hier, je crois qu'on aurait pu me dire n'importe quoi, j'aurais envisagé que tout puisse être possible. Et que vous, avec vos pouvoirs, vous devez la défendre ?

Mon regard passa de Leslie à Eric, ils n'avaient pas vraiment l'allure de super-héros ces deux-là...

- Ma question va vous paraître idiote mais... pourquoi ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


"Alors laisse John Smith s'en occuper ! Toi et moi on fait ça depuis combien de temps maintenant ? Deux ? Trois semaines ? Ce foutu type il est né comme ça, ok ? Il sait ce qu'il fait ! Oui, Leslie, y a des gamins en danger !"

Je m'emporte quelque peu et alors que j'essaye d'éveiller sa conscience sur le fait que j'ai une petite soeur tout de même vachement concernée par l'affaire et je regarde Albane dont l'idée n'était pas mauvaise, mais tout de même empreinte d'une info qu'ils semblaient manquer.

"Un piège pour EUX ! Et pour nous ! Je te rappelle que dès qu'il a pu se dégager la vue, il t'a pas loupé pour ce que j'en sais. J'ai encore le son de son rire machiavélique imprimé dans mon tympan. Et si on se pointe là-bas et qu'ils sont pas juste une cinquantaine sur notre cul mais bien une armée tout entière pour venir à bout d'une dizaine de Gardanes. John Smith et les autres, ce sera leur première destination. Et ensuite quoi, on se fait tous joyeusement enfermer dans l'un de ces vaisseaux qu'on a vus au-dessus de New York ?" Je dresse soudain mon pouce sous le nez de Leslie. "Il est magnifique ton plan !"

La question d'Albane me laisse perplexe. Pas parce que je n'ai pas la réponse, mais parce que la réponse est tellement évidente !

"Pourquoi Hitler a causé la seconde guerre mondiale ? Pourquoi Bin Laden a ordonné le crash de 3 avions sur les emblèmes de la ville ?" Je hausse les épaules. "Le pouvoir et la vengeance. C'est pas plus con que ça."




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight.
Feat. Eric Xian, Albane Delaunay


Non, ils y étaient pas "ensemble", mais il était présent. Je pense qu'ils voulaient nous montrer qui était l'ennemie... - Albane semblait confirmer que la fille de la vidéo n'était peut être pas un appât... Mais n'importe qui pouvait être corrompu, par cupidité ou par peur. C'était un piège, volontaire ou non, car si ce n'était pas un appât, ces types allaient s'attirer des regards bien trop dangereux simplement en s'étant montré comme ça. C'était imprudent. Mon idée l'était aussi, mais il fallait bien sortir de chez soit à un moment. Ou alors rester terré jusqu'à ce que l'orage passe? Ou s'installe définitivement?

A l'évocation de Setrakus par Eric, ou plus précisément au regard qu'il m'avait lancé, je revoyais son visage. C'est ça qui m’empêchait de dormir correctement au final: son rire. Il était mauvais, une forme de haine même pas cachée. Quelque chose de dérangeant et il m'avait regardé, dans les yeux. D'autres aussi, mais j'avais été inclus dans le lot et son regard ne me lâchait plus.

Hitler comme les autres, le pouvoir les attirait. Le pouvoir et la domination. - Et alors quoi? Tu vas attendre ici, planqué, que dix aliens seulement prennent d'assaut une armée entière? - Je n'aimais pas vraiment parler de tout ça devant son frère et sa sœur. Mon réflexe serait de penser qu'ils sont trop jeunes pour subir cette conversation... Mais elle était une Gardane elle aussi, on le savait. Elle était malheureusement liée à tout ça. - C'est sûr on a déjà de quoi faire ici, mais si on peut rallier les autres ça peut être un bon point aussi.

Je soupirais à la simple appréhension de ce que j'allais dire. - ... En temps de guerre, tu cherches d'abord celui qui sait. Parce que sans savoir, tu peux rien faire. - C'était presque effrayant la facilité avec laquelle j'en venais à prononcer le mot guerre, comme si c'était habituel. Normal. Pourtant c'était la réalité, nous étions en guerre. Une guerre planétaire, nous tous contre un envahisseur bien trop nombreux et bien trop puissant. Mais nous n'étions plus si impuissants nous mêmes désormais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
"Un piège pour eux et pour nous"... Tout à coup, cela semblait prendre sens dans ma tête.

- Est-ce que vous êtes en train de dire qu'en postant leur vidéo sur le net, ils ont mis les Mogadoriens sur leur piste ? Et sur celle de tous ceux qui tenteraient de les rejoindre ?

J'écarquillai les yeux et mon regard passa de Leslie à Eric. Je ne pouvais qu'être d'accord avec ce dernier du coup. Ils ne pouvaient tout de même pas songer sérieusement à rejoindre les gens de la vidéo. Quand bien même ceux-ci s'étaient trop exposés en diffusant leur vidéo et risquaient d'être en danger, Eric avait raison. Et si les Mogadoriens se pointaient en surnombre ? Les rejoindre serait comme courir au suicide quelque part...

Tout à coup, la question de savoir où se plaçait l'intérêt des Mogadoriens passa au second plan. D'autant qu'Eric y avait répondu et que sa réponse était pour le moins pertinente, mais je ne voulais pas reconnaître que je n'avais pas eu la jugeote d'y penser toute seule. Aussi n'en rajoutai-je pas à ce sujet. Mon attention resta donc focalisée sur Leslie qui insistait, comme pour convaincre Eric de partir avec lui, faisant fi de tous les dangers que tout cela pouvait représenter.

- Si vous voulez les rejoindre, allez-y ! Pourquoi est-ce que vous tenez tellement à ce qu'Eric vous accompagne ? Mon regard se posa sur la petite fille qu'Eric avait encore dans les bras, et je sentais la présence de son petit frère pas très loin. Il vous l'a dit, il a des gens sur qui il doit veiller. Ils ont besoin de lui.

Parce qu'il ne fallait pas être diplômé de l'université pour comprendre que si un jeune homme de son âge vivait seul avec ses petits frères et sœurs, c'est qu'il était arrivé quelque chose à leurs parents et qu'ils n'avaient personne d'autre pour s'occuper d'eux...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


J'ai mal à la tête et c'est pas peur dire. J'ai pas assez dormi, j'ai mal, je suis fatigué énervé, je sais pas ce qui nous arrive, ou alors je le sais mais j'ai pas envie de le reconnaître. Toute cette conversation me donne la chair de poule et me concentrer avec Miko vissée à moi n'arrange rien. Je me redresse dans un soupir quand Albane commence à s'emporter. C'est une gosse de riche, je le sens à des kilomètres, elle est gentille cela dit, mais je sens que son côté princesse va avoir raison de ma patience. Que je sache, elle est pas dans notre cas, elle a l'air juste de savoir comment répondre.

"Allez dans votre chambre."
"Mais."
"Maintenant."

Je me lève pour les suivre sur quelques pas et m'assurer, du bout du couloir, qu'ils obéissent. Je ferme la porte du salon et me retourne pour fusiller Leslie du regard.

"Je sais pas toi, mais moi, ma soeur, elle est quand même vachement concernée par ce qui arrive et je peux pas la laisser ici toute seule et prendre le risque qu'elle foute le feu à l'appartement sous prétexte que tu veux partir en mission suicide ! C'est quoi, parce que t'as fait l'armée une année ? Pendant ce temps-là, j'ai vécu dans le monde réel, ok ? Et tant pis si ça te plaît pas, mais oui. On a pas mal de choses à faire, ici, déjà." Je regarde Albane en la désignant d'une main. "Et oui. C'est exactement ce que je pense." Puis à nouveau Leslie. "Celui qui sait, ton pote, il est devant une chute d'eau à attendre des soit disants renforts d'un mec qui est en pleine guerre à New York ! Et au cas où t'aurais pas remarqué, ils étaient quand même plusieurs autour de cette table ! Nous ? On est deux. Trois si tu comptes Camille la terrifiée sous la table et quatre avec ma frangine qui n'a aucune espèce d'idée de ce qui se passe ! Laisse les pros faire, ok ?"

Je soupire et mes épaules s'affaissent. L'idée de Leslie aurait pu être la mienne dans d'autres circonstances. Mais ce qui me dérange, c'est qu'il parte tête baissée comme s'il était persuadé qu'aucun danger ne nous attendait au tournant. Comme s'il s'agissait de prendre la voiture et de faire l'aller-retour. Je secoue la tête.

"Je suis désolé... J'ai des responsabilités, ici. Et si le monde part en live, le plus important pour moi c'est de protéger mon frère et ma soeur. Je connais pas ta famille, mais t'as fait le tour de la mienne. Je suis désolé, si tu veux y aller, ce sera sans moi."

Ce serait pas la première fois que Miko ou mon frère me forcent à choisir une autre option que celle que j'aurais prise s'ils n'avaient pas existé.

"Je ne risquerai pas ma vie sur une supposition."




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight.
Feat. Eric Xian, Albane Delaunay


Il vous l'a dit, il a des gens sur qui il doit veiller. Ils ont besoin de lui. - Parce que moi non peut être? - Mon regard se faisait assassin. Qu'est-ce qu'elle supposait là? Que c'était facile pour moi? Parce que j'étais seul je pouvais aller taper sur les aliens? Parce que lui c'était mieux ou plus important? Elle me connaissait d'où?

Le monde réel... - J'étouffais un rire à ses mots en me levant pour faire quelques pas. Le monde réel je l'avais vu. Le monde réel on y était entré lorsqu'on avait été attaqué. Le monde réel on était en plein dedans. Mais je le laissais parler. Loin de moi l'envie de percer sa bulle de sécurité.

Sur la dernière phrase d'Eric je posais mon regard vers lui. - La ville est pour ainsi dire sous occupation. La seule façon de les garder en sécurité ce serait de rester sage dans son coin. C'est ça ton idée?

Je tournais la tête vers Albane tout en désignant Erik du doigt. - Et je lui demande, à lui, de venir justement pour les raisons que j'ai déjà donné avant, si jamais t'as écouté. - Je soupirais en reprenant un ton plus calme. - On est plus fort ensemble. C'est pour ça que c'est mieux d'y aller à plusieurs. C'est pour ça que je proposais l'idée d'y aller tout court. Parce qu'on pourrait peut être rencontrer l'un des "pro". Pouvoir se coordonner avec eux.

Je désignais l'extérieur. - J'ai un jeune frère et un père malade qui est incapable de se gérer seul. - Je lançais un regard à la rousse. - Moi aussi j'ai des gens qui comptent sur moi, alors ne présume pas de mes motivations. S'il y a une chance de les garder en sécurité, même si cette chance est risquée, je suis prêt à la tenter.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
Tout en restant assise je me redressai de toute ma stature, mon dos droit comme un i et mon port de tête se faisant plus altier. En même temps, mon visage se parait d'un air presque hautain et mes yeux s'étrécirent en deux petites fentes. N'en déplaise à Leslie, de là d'où je venais, je n'avais pas tellement l'habitude qu'on me réponde avec autant de dédain. Et je n'avais pas non plus l'habitude des regards chargés d'agressivité. Pour autant, je retins ma langue, au moins le temps qu'Eric dise ce qu'il avait à dire.

Le fait est que si on me demandait mon avis, j'étais plutôt d'accord avec Eric en fait. Si la situation était bien telle que je la comprenais alors ce que proposait Leslie était suicidaire, oui. Précisément comme disait Eric. Mais il fallait croire que Leslie était têtu, ou particulièrement "bouché", si vous me pardonnez cette familiarité. Il ne semblait pas comprendre que c'était dangereux. Il ne semblait pas comprendre qu'il ne pouvait pas simplement foncer tête baissée. Avec les explications de Leslie et d'Eric, c'était évident que c'était un piège. Les jeunes sur cette vidéo s'étaient eux-mêmes mis en danger rien qu'en la postant sur le net. Qu'adviendrait-il de ceux qui les rejoindraient ? Probablement la même chose que ce qu'il allait advenir d'eux. Parce qu'il ne fallait pas rêver. Si moi, une petite française lambda, s'intéressant peu (autant être honnête) à ce qui pouvait se passer autour de moi tant que ça n'impactait pas trop ma vie... bref, si moi, donc, j'avais pu visionner cette vidéo, cela me semblait impossible que leurs ennemis, ces Mogadoriens, comme ils les appelaient, ne l'aient pas vue.

Seulement Leslie ne semblait pas disposé à se ranger aux arguments d'Eric. Et il continuait à vouloir qu'Eric l'accompagne, alors que celui-ci avait déjà signifié qu'il était hors de question qu'il laisse sa famille seule ici pour se lancer dans la gueule du loup.

Je ne pus cependant pas tenir ma langue plus longtemps alors que Leslie reportait son attention sur moi. Il avait cette façon de me parler, je ressentais une sorte d'agressivité sous-jacente à ses paroles. Il se prenait pour qui à me parler comme ça ?

- Et vous jeter tête baissée dans la bouche du loup, c'est le meilleur moyen de les protéger ? Qui les protégera si vous vous suicidez ? Parce que comme le dit Eric, là, ce n'est pas comme tenter sa chance en se disant que peut-être que ça marcherait. Mort, vous ne leur serez plus d'aucune aide.

Mon regard se fit plus glacial et mon port plus altier encore, si c'était possible et je me levai. C'est qu'il commençait sérieusement à m'énerver à être aussi buté !

- Vous ne semblez pas avoir beaucoup de jugeote pour un militaire. J'espère que tous vos collègues ne sont pas comme vous parce que cela signifierait que la défense de ce pays serait entre les mains de personnes qui ne sont, manifestement, pas capable de réfléchir correctement. Cela pourrait avoir des conséquences dramatiques. Dire que j'ai risqué ma vie pour protéger un de vos... doubles. Vous savez quoi ? Je préfère rester en dehors de tout cela. Faites ce que vous voulez, je m'en lave les mains.


Je soupirai d'exaspération et me dirigeai vers la sortie.

- Eric, merci pour votre hospitalité.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


"PRÉCISÉMENT !"

Les arguments d'Albane rejoignent les miens. J'ouvre une main vers elle pour l'appuyer auprès de Leslie. Il a l'air de se soucier de sa famille, mais ne donne pas l'impression d'avoir l'habitude de s'en occuper. Je fais ça depuis des années, maintenant, je suis rôdé, pour ma part.

Cependant, son laïus sur le militaire, même moi je n'aurais pas poussé le vice à ce point-là. Malgré tout, je ne peux lui en vouloir, c'est aussi ce que je pense, mais je comprends aussi le point de vue de Leslie, je ne suis même pas contre y aller. Je ne suis pas pour y aller... Comme ça. Alors qu'Albane me remercie en se dirigeant vers la porte, je lève les bras, mettant notre dispute entre parenthèses quelques secondes.

"Mais où est-ce que tu vas ? Tu n'as nulle part où aller, fais pas ta princesse et ne sois pas stupide. Reste." Je barre sa vue d'une main devant moi. "Je ne souffrirai d'aucun contre-argument, Votre Altesse."

Je ne l'admettrai jamais à qui que ce soit de mon vivant, mais je n'ai pas envie de rester seul, non plus. Albane serait sûrement plus en sécurité ailleurs et loin de nous. Mais elle s'est battue, elle s'est défendue, et avec brio. Elle fait partie des nôtres, maintenant. En soupirant, je reporte mon attention sur Leslie.

"Ecoute. Moi aussi, j'ai envie d'y aller, ok ? Mais on peut pas y aller comme ça sans réfléchir. Il nous faut un plan. On est plus forts ensemble, peut-être, mais à deux contre une armée, donne-moi quelques jours que je mette mes papiers en ordre, dont ma carte de donneur d'organes, et que je me réserve une belle urne. Il y en avait d'autres comme nous à la bibliothèque, Les', et on doit les retrouver avant de décider de faire quoi que ce soit." D'un geste, je désigne l'extérieur. "Laisse John flairer le gros poisson et laisse-nous le temps d'apprendre à draguer la rivière, tu veux ? Lui, il a fait ça toute sa vie, nous, on débarque." Je désigne ensuite Albane. "Elle a raison. On peut pas foncer tête baissée comme des boeufs. Si tu veux protéger ta famille, écoute le conseil d'un type, trop jeune pour crever, qu'a pas trop eu le choix que de subir la merde laissée par la sienne... Commence par les protéger de toi-même et ça implique de pas te suicider à la première occasion. Tu comprends ce que je te dis ?" Je secoue la tête et hausse les sourcils. "Est-ce que tu sais au moins décrire contre qui tu vas te battre ?"

Ce que John a dit est une chose, ce qu'on a vu en est une autre, mais au final, que sait-on ? Leur nombre ? Leurs pouvoirs ? Leurs positions ? Leur hiérarchie ? Leur puissance de frappe ?

Que dalle.



So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight.
Feat. Eric Xian, Albane Delaunay


J'écoutais la rousse et au fur et à mesure que ses mots sortaient de sa bouche mes poings se serraient. Savait-elle seulement de quoi elle parlait? Avait-elle fait autre chose dans sa vie que se balader avec sa cuillère en argent dans sa bouche? J'aurais bien aimé la jeter en pleine guerre et compter le nombre de seconde pour se faire buter. Mais lorsqu'elle en vint à critiquer ma façon de réfléchir, en incluant mes collègues, le travail que l'on faisait, je me levais et faisais quelques pas vers une fenêtre pour m'éloigner d'elle plutôt que de simplement lui faire rencontrer le plafond.

J'étais têtu, on me l'avait déjà dit, mais je savais aussi quand j'avais tort. En l’occurrence je n'avais pas tort, j'avais seulement un mauvais timing. Et c'est seulement lorsque Eric prenait la parole ensuite, en apportant au moins des arguments plutôt que de simplement me critiquer assez gratuitement, que je le comprenais. Je leur tournais le dos, mon regard rivé vers l'extérieur - « Tu comprends ce que je te dis ? » - Je soupirais et grognais, parce qu'au final c'était le son qui se rapprochait le plus. Mais Eric savait que c'était à prendre de la bonne façon.

« Est-ce que tu sais au moins décrire contre qui tu vas te battre ? » - Je croisais les bras, laissais passer quelques secondes et me retournais finalement. - Je pense qu'entre ce que John a dit et ce qu'on a vécu hier, on a déjà une bonne base. Il va falloir la compléter maintenant. - Avais-je dis avant de directement me déplacer vers la cuisine pour piller la machine à café. On allait avoir du boulot, à commencer par rallier les autres Gardanes. Si ce n'était pas ceux des chutes, il y en avait dans la ville aussi. Mais il faudrait être discret. Je n'avais jamais prié pour une guerre. On en avait une. Il allait falloir faire avec.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
J'étais décidée à partir, vraiment. Pourquoi est-ce que je serais restée avec eux ? Ils m'énervaient au plus haut point. Surtout Leslie. Seulement Leslie d'ailleurs, pour être vraiment franche. Mais Eric ne semblait pas décidé à me laisser m'en aller. Et le pire dans tout ça, c'est que ses arguments étaient plus que convaincants. Je n'avais nulle part où aller, c'était vrai. Mes papiers d'identité étaient restés à mon appartement et le quartier était inaccessible désormais. Il allait falloir que j'aille à l'ambassade de France pour voir comment je pourrais faire. Je finis par céder, adressant tout de même un regard noir à Eric pour sa façon de m'appeler. Je détestais qu'on m'appelle de la sorte, cela me donnait l'impression que l'on se moquait de moi. Oui, je faisais partie de l'aristocratie française, oui j'avais les moyens, mais ce n'était pas une raison pour me manquer de respect comme il le faisait. Enfin bon, passons.

Je soupirai et revins m'asseoir sur le canapé, croisant les bras sur ma poitrine d'un air contrarié. Lorsqu'Eric fit comprendre à Leslie qu'ils avaient besoin de savoir contre qui ils se battaient, je soupirai et rejetai la tête en arrière.

- Ils sont affreux, et cruels et ils ont des armes très bizarres qui ne fonctionnent pas comme les nôtres et qui semblent capable de tuer en un seul tir. Oh, et ils se réduisent en poussière lorsqu'ils meurent. Et apparemment, ils viennent d'une autre planète ! Qu'est-ce qu'il vous faut de plus ? Leslie et Eric n'allaient probablement pas apprécier le cynisme dont je faisais preuve... Vous avez vraiment l'intention de vous battre contre eux ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


– Ouvre les yeux, le peu que John ait dit, c'était... très peu. Ca ne nous aidera pas. Ce qu'il dit, c'est qu'en gros, on trouve un moyen de le rejoindre. Pour qu'il nous défende. Moi je dis qu'on reste ici, on a du boulot, ici. Je me sens pas prêt à aller faire la guerilla contre des trucs que je comprends pas pour le moment.

Chaque fois qu'Albane pensait m'énervait, c'était le contraire. Je la désigne en regardant Leslie, des fois qu'il se retourne vers nous.

– Moche et cruel, c'est déjà pas mal. Albane a tenu leurs armes, elle peut nous les décrire, déjà ! Ca, c'est ce que j'appelle réfléchir et pas foncer tête baissée.

Si Albane a cru que je ne la prendrai pas au sérieux, elle se plante. Mais dans sa question, je perçois une note d'inquiétude. Je retrouve mon sérieux et la dévisage quelques secondes avant de porter mon attention sur Leslie. Nous sommes là, tous les trois, à deviser sur notre possible avenir ou l'effondrement de celui-ci, sans la moindre idée de ce qui se passe réellement dans le monde. Je soupire, façon abysses, et regarde Albane.

– Bien sûr que oui. C'est chez nous, ici. Peu importe qui nous a choisis, on nous a choisis. On peut pas rester là les bras croisés. Il faut qu'on agisse.

Puis, à Leslie :

– Mais avec la tête. Ecoute, si John a besoin de nous, il saura nous convoquer. Mais on a des trucs au-dessus de la tête depuis que New York a été attaquée et je sais pas si t'étais là le jour où ces machins ont tapé dans le Hancock Center. Moi, j'étais là et j'ai eu comme des flash de déjà-vu, si tu vois ce que je veux dire. Alors je quitterai pas Chicago. Je suis en âge, maintenant, je peux me battre. Et je suis pas un froussard, ok ? On trouve les autres et on reprend notre ville. Commence par demander à Harper qu'elle scrute les réseaux à la recherche de gamins perdus, ou bien, qu'elle nous prépare un blog sécurisé où on pourra passer des appels.

Un plan d'attaque, quoi.

– On a pas besoin de John, pour ça. On a ça.

Et, dans un acte purement exhibitionniste, je montre mes mains desquelles se dégage une lueur, un sourire en coin. J'ai toujours rêvé de me battre, en vrai, d'avoir une cause. J'ai toujours voulu ressembler à Superman, mais sans la cape et les collants, en fait.




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO CINQ
JE SUIS NUMERO CINQ

Avatar : Aaron Taylor-Johnson

Date d'inscription : 05/12/2015
Messages : 509
Points : 476


Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight.
Feat. Eric Xian, Albane Delaunay


Je conservais mon silence. La tasse de café entre les mains, j'écoutais sans répondre. Il avait raison, il valait peut être mieux être patient et d'abord s'occuper de Chicago, si tant est qu'on arrive à galvaniser assez de monde pour nous aider. A deux et demi et on irait pas loin. Je croisais un bras, l'autre portant la tasse encore fumante jusqu'à mes lèvres. Je ne buvais pas, je ne faisais que humer l'odeur du liquide encore trop chaud.

« Commence par demander à Harper qu'elle scrute les réseaux... » - Je restais de marbre jusqu'à ce qu'il lève ses mains pour montrer la chaleur qui s'en échappait, là alors seulement je souriais. J'allais pas faire apparaître l'un de mes alter-ego juste pour la démo. En revanche je repensais à Harper. Je repensais à quel point elle était nécessaire à ce qu'on entreprenait. Je repensais à ce qu'elle vivait et au regard qu'elle m'avait lancé...

Je suis pas sûr qu'elle veuille me voir pour le moment. - Dans ma petite tête d'handicapé social je me disais qu'elle me blâmait pour tout ça. Que sans ma présence, son mec serait encore en vie, qu'ils seraient tous les deux tranquillement chez eux à se dire que ce qui s'était passé à l'université était horrible. Jax n'aurait peut être même pas tenté de jouer les héros. Elle n'aurait peut être même pas voulu forcer la barrière de police pour entrer non plus. Je me disais qu'elle ne voulait certainement pas voir ma tronche

T'as vu comment elle m'a regardé. Je suis pas sûr que ma présence l'enchante vraiment... Ni même au téléphone. - Bah oui, parce que dans ma tête d'handicapé social, valait mieux la laisser toute seule traverser tout ça plutôt que de forcer ma présence à ses côtés. Logique.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iamnumberfour.jdrforum.com/t32-leslie-n-caldwell-gardane http://iamnumberfour.jdrforum.com/t25-leslie-n-caldwell-gardane
OF ROOTS AND WINGS
OF ROOTS AND WINGS

Avatar : Aaron Yoo

Date d'inscription : 18/01/2016
Messages : 256
Points : 175

Multi-comptes : Harper Tonkin

Personnage
Age: 21 ans
Arsenal:
Rumeurs:
avatar
The Legacy of Eight
feat. Albane & Leslie


– Ouais, bah il faudra bien, pourtant.

On est là depuis trop longtemps et je commence à perdre patience. Leslie se la joue Churchill à réfléchir dans sa tête et Albane attend que le jury finisse de délibérer. Quant à moi, je me fais l'avocat du diable et de Dieu par la même occasion... Sauf que j'y vais plus par quatre chemins et que je mets mes quatre fers dans la flaque. La délicatesse, ça n'a jamais trop été mon fort.

– Tu veux le fond de ma pensée ? Si t'es pas capable d'affronter Harper maintenant - ce que je ferais bien avec toi sauf que moi je m'en cogne qu'elle veuille m'adresser la parole ou non - je vois pas comment tu vas affronter les pas beaux cruels. Je me sens bien plus merdeux face à leur regard à eux que face à Harper. Elle a un deuil à faire, sauf qu'on a pas le temps. Alors, elle prend un weekend de congés et on s'y met.

J'avais parlé avec une main tendue vers Leslie comme pour poser les choses à plat sur une table invisible. Je sais Albane de mon côté, du moins, c'est l'impression qu'elle me donne. Ce qui n'est probablement pas une bonne chose car c'est un peu grâce à elle que je fais preuve d'assurance. Alors si je me plante et que je passe pour un gros benet, ma journée sera complète.

– J'en suis désolé, Leslie, c'est pas que ta faute. Mais si on est là, c'est aussi grâce à elle. Tu lui avais dit de rester à l'abris, sauf qu'elle t'a pas écouté et elle a mis Albane en danger en prime. Elle n'a écouté qu'elle. Albane aurait pu faire partie des victimes dans cette bibliothèque également. Et l'une comme l'autre, elles se dédoublent pas, elles font pas de la lumière magique et elles soulèvent pas trois fois leur poids d'un revers de poignet.

Je tourne les talons, m'apprêtant à quitter la pièce et alors que je fais face à Albane, je la dévisage brièvement, le visage fermé. Elle est là, juste devant moi, telle une princesse sans une égratignure, la crinière sans un cheveu rebelle... Pendant que Harper joue les boudeuses. Je me sens comme pousser des ailes. Je réalise que tout ce que je viens de dire, je le pensais pas, mais qu'à la réflexion, c'est pas totalement faux. J'ai parlé pour exorciser quelque chose, pour exprimer une colère sourde. J'inspire profondément en clignant des paupières et me retourne finalement pour voir Leslie, ferme.

– Elle est dedans, comme nous. C'était son choix avant d'être le nôtre. Alors porte tes bijoux de famille fermement dans tes mimines, règle ton problème avec elle et on se met au boulot séance tenante. Sur ce, j'ai des raviolis à faire bouillir et des péquenauds à servir avec un grand sourire, comme si j'avais pas le dos en miettes.

En passant à côté d'Albane, je lui serre brièvement le bras et me dirige vers ma chambre pour y récupérer des affaires.




So fearless. I wonder what you're really afraid of.
Not bullet, or blood, or broken bones...
No, you get off of all this, don't you?
Cheating death... Or not.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.iamnumberfour.fr/t70-eric-xian-gardane http://forum.iamnumberfour.fr/t69-eric-xian-gardane
JE SUIS NUMERO UN
JE SUIS NUMERO UN
Avatar : Sophie Turner

Date d'inscription : 24/12/2015
Messages : 153
Points : 208

avatar
Si je ne me retenais pas, les propos de Leslie me feraient lever les yeux au ciel. Et rire peut-être aussi, nerveusement. Il était d'un pathétique ! Non mais vous l'entendez ? "Harper m'en veut", "je crois qu'elle voudra pas me parler"... il manquait plus qu'il se mette à pleurer. Non en fait, je ne parvins pas à me retenir, je levai vraiment les yeux au ciel. Etait-ce un homme ou une lavette ? Pour l'instant, il me faisait plutôt penser au deuxième choix...

Face à lui se tenait Eric. Eric qui parlait bien. Eric qui disait précisément ce que je venais de penser. Eric qui réfléchissait avant de proposer des idées absurdes de suicides. Eric qui se posait en homme, un vrai. Il y en avait au moins un dans cette pièce, c'était rassurant. Lorsqu'il sous entendit, cependant, que c'était Harper qui m'avait entraînée dans toute cette histoire, j'ouvris la bouche, comme pour le contredire. Ce n'était pas de sa faute, elle n'y était pour rien. J'avais pris seule ma décision. Je l'avais suivie parce qu'il y avait, dans cette bibliothèque, l'une des seules personnes que je connaissais et qui s'approchait un tant soit peu d'amis dans cette ville où je demeurais encore une étrangère : Dee. Et elle était morte.

- Harper vient de perdre son fiancé. C'est normal qu'elle en veuille à la terre entière, non ?

Sous entendu, "avant de pleurnicher parce qu'elle ne veut plus te parler, tu pourrais peut-être essayer de comprendre un peu ce qu'elle ressent ?". Cela s'adressait à Leslie, évidemment. Parce que oui, j'étais peut-être dure, mais c'était comme cela que je comprenais les propos de Leslie. Il m'apparaissait comme quelqu'un qui se plaignait. Cela dit, j'aurais pu aussi m'offusquer des paroles d'Eric qui insinuaient qu'Harper était responsable aussi de la situation qu'elle était en train de vivre. Notez cependant que ce n'était pas le cas. J'avais plus d'estime pour lui que pour Leslie, ceci pouvait expliquer cela.

- Ca lui passera. Mais n'oubliez pas que si nous n'étions pas intervenues alors il n'y aurait eu personne pour empêcher ces Mogderiens de vous tuer quand vous vous êtes évanouis. Harper s'est battue pour sauver vos vies aussi. Et pendant ce temps-là, elle perdait Jax. Mon regard passa sur Eric et sur Leslie, montrant que je parlais autant à l'un qu'à l'autre. Mais il finit par revenir sur Leslie, en même temps qu'il se faisait plus incisif. Elle vous en veut, et je la comprends. Mais c'est pas en restant les bras croisés à pleurnicher sur votre sort que vous allez améliorer les choses !

On en revenait à ce qu'Eric venait de lui dire finalement. Je laissai mon logeur apporter la conclusion à cette conversation, me contentant de relever les yeux sur lui alors qu'il me passait à côté. Sa pression sur mon bras, je la sentis parfaitement, mais je ne compris absolument pas ce qu'elle cherchait à transmettre. Le temps qu'il aille chercher ses affaires, je me retrouvai seule avec Leslie, ne pouvant m'empêcher de dissimuler cette forme de dédain qu'il m'inspirait. Dire que j'avais eu envie de le rencontrer quand Lydia et Harper m'avait parlé de lui. Qu'est-ce qu'elle avait dit déjà, Lydia ? Un militaire plutôt mignon ? Ou un truc dans le genre. Elle avait oublié de mentionner que ce n'était pas vraiment un homme.

Je sais, je suis méchante, mais il n'a qu'à me prouver le contraire.

- Il faut que j'aille à l'ambassade. Je dois trouver une solution pour mes papiers.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT - The Legacy of Eight
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Am Number Four :: ADMIN :: ARCHIVES RP :: L'HÉRITAGE DE HUIT :: Chapitre Premier-